1-- Mariatou Koné, directrice du cabinet de la Ministre de la Solidarité du regime Ouattara: "Le charnier de Youpougon etait un montage". |
Rafraichir la liste des Recentes Discussions sur ABIDJANTALK FORUM
Les ponts et les residences U    by sam kehi,le… 19 May 2019, 20:43
Affaire Gbagbo ne demandait p…    by Eve 14 May 2019, 19:04
Pour 5000 le FPI ............…    by Eve 14 May 2019, 13:48
Pourquoi c'est KKB qui sert d…    by sam kehi,le… 13 May 2019, 0:00
Les occidentaux détruisent le…    by webmaster 9 May 2019, 1:19
Ouattara veut encore changer …    by Beauté Nubi… 3 May 2019, 9:17
Riz perime',Ouattara ment    by Beauté Nubi… 3 May 2019, 9:13
Ouattara jette Bedie' dans la…    by sam kehi,le… 2 May 2019, 18:59
Menaces de mort :Le PDCI accu…    by Rannhoa 28 Apr 2019, 12:26
école primaire islamique    by Rannhoa 28 Apr 2019, 12:08
La CPI refuse d'ouvrir une en…    by Beauté Nubi… 27 Apr 2019, 18:21
Une très belle voix    by Beauté Nubi… 27 Apr 2019, 18:15
... autres recents topics

Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

L'arbre à palabre où tous les problemes se reglent
Armel
Veteran
Veteran
Messages : 689
Inscription : juin 20, 11 9:36 am

Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

Message par Armel » janv. 26, 19 6:16 pm

Les gens de l’autre côté vous êtes animés d’une confiance aveugle et vous êtes enflés d’orgueil. Plus je les regarde plus ils font pitié!

Ils disent, la conscience a été bannie de la Côte d’Ivoire et de ce monde. On pourrait s'y laisser prendre. En côte d’Ivoire, le mensonge a pris le pas sur la vérité, ils disent où est votre Dieu. Ces gens profitent pour s’en moquer.

À la CPI, rebelote. Un appel dans l’appel a été émis. Du point de vue du droit et de la soit disant justice c’est une première, du jamais vu.

L'appel est habituellement une « voie de réformation », c'est-à-dire que le juge d'appel va rejuger le fond de l'affaire, sur les points où il y a eu appel, et va pouvoir changer le jugement rendu en première instance.

La question est de quels points on parle....comment peut-on faire appel d’un jugement alors que les éléments pouvant fournir les arguments potentiels c'est à dire fonder les points de l’appel ne peuvent être faits qu'à partir du jugement écrit, fourni par les juges de première instance...Hors les juges ont lu leur décision, ils n'ont pas encore fourni leur jugement. Alors sur quelle base fait on l'appel? quels sont les points du jugement que l'on remet en question. Attaquer une décision sans les points justificatifs c'est totalement inadmissible. Or les points ne peuvent se justifier qu'à partir des éléments du jugements que l'on conteste...Cuno tu es fort! Or Cuno les a dribblé, il dit je vous remet le jugement dans quelques mois...Tout cela met la CPI dans un embarras pas possible.

Je rappelle, on a eu lecture de la décision uniquement des juges....aucune des parties n’a encore eu possession du jugement c’est seulement à partir du jugement que l’on peut être fondé à interjeter un appel. Cela ne peut se faire à partir d’une décision lue.

Par contre une décision lue est exécutoire sans même que le jugement soit encore produit.

Selonnous les avocats de notre Pr Gbagbo Laurent et Blé Goudé doivent se pencher uniquement sur l’irrecevabilité de l’appel dans sa forme et dans son fond et demander l’application de la décision de justice prononcée par les très respectables juges Cuno Tarfusser et Hernandez.

C’est ça qui est la vérité! Merci Cuno!
SI L'IMAGE EST BONNE, LA PERSPECTIVE DE L'IMAGE EST MEILLEURE....


sam kehi,le Guere
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 9344
Inscription : avr. 25, 05 4:57 pm

Re: Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

Message par sam kehi,le Guere » janv. 26, 19 6:26 pm

Tout ce que tu dit est vrai, le probleme est qu'il y a une realite': Nous sommes dans un monde ou' la logique ne marche pas tres souvent.
Pourquoi Cuno n'a pas fourni les elements ? est-ce a' dessein ? (pour que Gbagbo soit maintenu en prison en attendant une date hypothetique ? )
Dernière modification par sam kehi,le Guere le janv. 26, 19 6:50 pm, modifié 1 fois.
La vulnerabilite' de l'Afrique est aussi due au fait que de veritables chefs de gangs accedent a' la magistrature supreme en Europe.Ces derniers utilisent leurs armees pour attaquer nos pays comme des bandits attaquent une banque.


Armel
Veteran
Veteran
Messages : 689
Inscription : juin 20, 11 9:36 am

Re: Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

Message par Armel » janv. 26, 19 6:35 pm

sam kehi,le Guere a écrit :
janv. 26, 19 6:26 pm
Tout ce que tu dit est vrai, le probleme est qu'il y a une realite': Nous sommes dans un monde ou' la logique ne marche pas tres souvent.
Pourquoi Cuno n'a pas fourni les elements ? est-ce a' dessein ? (pour que Gbagbo soi maintenu en prison en attendant une date hypothetique ? )
Frere je pense le contraire....Cuno a piégé la CPI en faisant ca puisqu'il a par la meme occasion bloqué toute recevabilité d'une procédure d'appel sans que le jugement soit fourni.
SI L'IMAGE EST BONNE, LA PERSPECTIVE DE L'IMAGE EST MEILLEURE....


sam kehi,le Guere
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 9344
Inscription : avr. 25, 05 4:57 pm

Re: Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

Message par sam kehi,le Guere » janv. 26, 19 6:50 pm

Ton optimisme est a' saluer mais apres ce que nous avons vecu, desormais quand quelqu'un pose un acte qui implique l'avenir de la Cote d'Ivoire , nous devons envisager tous les scenarios inclus ceux qui pourraient aller contre nous.
La vulnerabilite' de l'Afrique est aussi due au fait que de veritables chefs de gangs accedent a' la magistrature supreme en Europe.Ces derniers utilisent leurs armees pour attaquer nos pays comme des bandits attaquent une banque.


Armel
Veteran
Veteran
Messages : 689
Inscription : juin 20, 11 9:36 am

Re: Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

Message par Armel » janv. 26, 19 6:58 pm

sam kehi,le Guere a écrit :
janv. 26, 19 6:50 pm
Ton optimisme est a' saluer mais apres ce que nous avons vecu, desormais quand quelqu'un pose un acte qui implique l'avenir de la Cote d'Ivoire , nous devons envisager tous les scenarios inclus ceux qui pourraient aller contre nous.
C'est sur frere...mais restons fort frere on est au bout....
SI L'IMAGE EST BONNE, LA PERSPECTIVE DE L'IMAGE EST MEILLEURE....


Avatar de l’utilisateur
Eve
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 5668
Inscription : juin 27, 13 2:18 pm

Re: Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

Message par Eve » janv. 27, 19 3:23 pm

Armel écrit:
À la CPI, rebelote. Un appel dans l’appel a été émis. Du point de vue du droit et de la soit disant justice c’est une première, du jamais vu

---------------------------

Mais c'est quoi, appel dans l'appel , le statut de Rome prévoit un droit d'appel sur une décision rendue et prévoit de garder les prisonniers dans l'attente d'une décision d'un autre jugement étayé d'un complément de preuves.

Gbagbo le sait, il a signé le statut il me semble en 2003

Ce n'est pas un refondateur égaré qui va changer les textes de loi du statut de Rome :roll:


Armel
Veteran
Veteran
Messages : 689
Inscription : juin 20, 11 9:36 am

Re: Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

Message par Armel » janv. 28, 19 10:49 am

Eve a écrit :
janv. 27, 19 3:23 pm
Armel écrit:
À la CPI, rebelote. Un appel dans l’appel a été émis. Du point de vue du droit et de la soit disant justice c’est une première, du jamais vu

---------------------------

Mais c'est quoi, appel dans l'appel , le statut de Rome prévoit un droit d'appel sur une décision rendue et prévoit de garder les prisonniers dans l'attente d'une décision d'un autre jugement étayé d'un complément de preuves.

Gbagbo le sait, il a signé le statut il me semble en 2003

Ce n'est pas un refondateur égaré qui va changer les textes de loi du statut de Rome :roll:
c'est normal que tu suives ADO tu es trop bete et pire tu ne sais pas lire....mais on commence a vous connaitre
SI L'IMAGE EST BONNE, LA PERSPECTIVE DE L'IMAGE EST MEILLEURE....


Aristide bateng
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 5679
Inscription : janv. 20, 11 5:02 pm

Re: Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

Message par Aristide bateng » janv. 28, 19 5:02 pm

Il ne peut faire appel au fond.Leur appel est sur la liberte immediate.De toute les facons le parquet est desarmee sur le fond ils ne pourront ecouter les temoins de la defense ne changera rien a la faiblesse du dossier.Chacun beut simplement raquetter ouattara.Au fond cette affaire est bouclee.


Akwaaaaaa
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 9923
Inscription : déc. 21, 09 4:04 am

Re: Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

Message par Akwaaaaaa » janv. 28, 19 5:31 pm

Personnellement, sans etre un quelconque signe de mauvaise augure, je m'attends a une reprise du proces. C'etait dans le plan de le faire durer jusqu'a 2020. Souvenez-vous bien que le proces avait ete ecourte a la demande de la France pour eviter de faire comparaitre des officiels francais et se sauver la face. La defense n'a jamais pu faire defiler ses temoins. Thabo MBeki devait temoigner et des acteurs militaires francais devaient etre appeles a la barre. Recemment Konan Bedie annonce que si le proces continue, alors il devient temoin de la Defense, et s'est deja entretenu avec les avocats de Gbagbo.

Quant a Cuno et compagnie, ils ont joue aux "Ponce Pilate" sans vraiment se laver les mains car ils savaient bien qu'un petit alinea de l'article 83 demeurait une derniere lucarne pour le procureur. Nous sommes dans un jeu de dupes, ne nous laissons pas a encenser des juges qui n'en valent pas la peine. A la chambre d'appel, il y a ce Nigerian, mon Dieu, c'est un corrompu ce mec!
GBAGBO LAURENT - Dernier entretien avec son avocat.

Je ne sortirai pas d'une prison pour un autre qui n'en dit pas son nom.

<< De force et illégalement ils m'ont déporté à la Cour Pénale Internationale.Quand je suis arrivé ici ,je le leur ai fait remarquer et je n'ai pas manqué de préciser :"Comme je suis là,nous irons jusqu'au bout ". Ils ont peut-être cru que c'étaient des paroles de prisonnier.
A la moitié du procès,et sans même laisser comparaître mes témoins,huit ans après, la CPI a jugé que je suis innocent, lavé de tous les crimes odieux dont j'étais grossièrement et injustement accusé.Un acquitté dans toutes les justices recouvre la liberté.
Ou je suis réellement acquitté,et je rentre chez moi en CI, à Mama.Ou qu'on me dise que le procès continue ,mes témoins déposent et nous allons jusqu'au bout.
Mes avocats ont demandé la liberté provisoire plus de dix fois ,elle m'a été refusée.Nous ne sommes plus à ce stade.
Comme ils m'ont déporté de force à la CPI, peut-être utiliseront -ils la même méthode pour m'enfermer dans un pays étranger,un pays hostile.Je n'accepterai jamais ce deal contre justice.
Je vais Parler Gbeh Pian!!! Celui ki n'est pas content il na ka monter en bas pour descendre en Haut. Et puis il na ka mordre son dos !!!


Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4224
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Re: Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

Message par webmaster » janv. 28, 19 7:30 pm

<< De force et illégalement ils m'ont déporté à la Cour Pénale Internationale.Quand je suis arrivé ici ,je le leur ai fait remarquer et je n'ai pas manqué de préciser :"Comme je suis là,nous irons jusqu'au bout ". Ils ont peut-être cru que c'étaient des paroles de prisonnier.
A la moitié du procès,et sans même laisser comparaître mes témoins,huit ans après, la CPI a jugé que je suis innocent, lavé de tous les crimes odieux dont j'étais grossièrement et injustement accusé.Un acquitté dans toutes les justices recouvre la liberté.
Ou je suis réellement acquitté,et je rentre chez moi en CI, à Mama.Ou qu'on me dise que le procès continue ,mes témoins déposent et nous allons jusqu'au bout.
ceci veut dire que BenSardine, Ouattara et leurs allies ont fait l'indecente proposition a Gbagbo. Ce que le Woody a rejete du revers de la main sans hesitation. Il est pret a appeler Alliot Marie comme temoin.
On ira jusqu'au bout.
Ou bien il est libre de rentrer en Cote d'Ivoire, ou bien le tribunal continue. Il n'ira pas mourir dans le froid en Belgique.
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.


sam kehi,le Guere
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 9344
Inscription : avr. 25, 05 4:57 pm

Re: Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

Message par sam kehi,le Guere » janv. 29, 19 10:23 pm

Tout y est malgre' qu'une "justice" corrompue mene le jeu.

Bon a' lire:


CPI (Parti 3) : Réponse de la Défense au « Prosecution’s Document in Support of Appeal pursuant to Article 81(3)(c)(ii) of the Statute » (ICC-02/11-01/15-1245).

1.3. Troisième moyen d’appel : l’Accusation caractérise les charges arbitrairement pour leur donner un caractère de gravité exceptionnelle.

41. Premièrement, pour considérer que la Chambre de première instance n’a pas pris en compte le caractère de gravité exceptionnelle des charges, le Procureur affirme que les charges seraient « at the upper end of the scale of the crimes that can be charged at the Court » . Mais sur quel fondement objectif et matériel s’appuie-t-il ? Nulle part n’existe, dans le Statut de Rome de hiérarchie des crimes. Tous sont considérés graves par le Statut, ce qui est logique puisque la Cour a pour mission de juger les crimes les plus graves . C’est donc un simple artifice sémantique qu’utilise ici le Procureur, distinguant arbitrairement quand bon lui semble entre crimes relevant du Statut pour tenter d’influer sur la perception que l’on peut avoir des charges.

42. Cette position est d’ailleurs curieuse quand l’on sait que le Bureau du Procureur a fréquemment défendu la position contraire. Ainsi, dans l’affaire Katanga, le Procureur affirmait que : « There is no sliding scale or hierarchy of gravity of offences in the Statute. In the Preamble and Article 5(1) of the Statute it is recognised that the Court has jurisdiction for "the most serious crimes of concern to the international community", which supports a presumption that all of the crimes listed in the Statute are of equal gravity » . La position que soutient le Procureur dans cet extrait est contraire à celle qu’il tient aujourd’hui dans le cadre du présent appel. Le Procureur changerait-il d’avis selon ce qui l’arrange dans un cas donné ? Surtout, le suivre reviendrait, une fois encore, à permettre la détention automatique d’une personne acquittée, tout le temps de son appel.

43. Deuxièmement, le Procureur avance l’idée que des charges qu’il caractérise comme « politically motivated » ou qui toucheraient à une grande partie du territoire seraient plus graves que d’autres . Il convient tout d’abord de noter qu’il s’agit ici de caractérisations purement arbitraires de la part du Procureur, qui ne sont fondées sur aucun élément objectif.

44. Il convient aussi de noter que le Procureur développe aujourd’hui ici une argmentation nouvelle par rapport à celle qu’il avait développée devant la Chambre de première instance. A l’époque, il s’était contenté d’évoquer de manière générale le fait que les crimes contre l’humanité étaient en soi des crimes graves, sans élaborer plus avant . Audelà du fait qu’il n’est pas procéduralement approprié que le Procureur change d’argumentation en appel (puisqu’un appel n’a pas pour objectif de permettre à une Partie de « corriger » sa copie), il est surtout incompréhensible qu’il reproche à la Chambre de première instance d’avoir ignoré des considérations que lui même ne lui avait pas présentées à l’époque.
1.4. Quatrième moyen d’appel : les chances de voir l’appel aboutir.

45. Au préalable, la Défense note que ce critère doit être utilisé avec la plus extrême prudence : il est en effet délicat de demander à une Chambre de première instance qui a rendu une décision d’évaluer les chances de voir cette décision remise en cause lors d’un appel ; dans le même sens, il est délicat de demander à une Chambre d’Appel de se prononcer sur les chances d’un éventuel appel sans risque pour elle de se prononcer avant l’heure sur le fond. C’est pourquoi ce critère ne peut être utilisé que lorsque le contexte s’y prête, c’est-à-dire lorsque des circonstances exceptionnelles ont été identifiées par la Cour. A défaut, les Juges se prêteraient à un exercice purement subjectif qui les exposerait au risque de l’arbitraire.
46. Le Procureur reproche à la Chambre de première instance d’avoir adopté une « subjective approach » et estime que « the test of probability of success on appeal is an objective one » : « the trial Chamber should merely assess whether, on a objective basis, the appeal is a viable one that could lead to a reversal of the decision »23. L’on voit bien que l’argument du Procureur qui estime que « the test of probability of success on appeal is an objective one » est fragile. Loin d’être objectif, le critère est on ne peut plus subjectif (cf. supra). C’est probablement la raison pour laquelle le Procureur a tenté de lui donner artificiellement une consistance qu’il n’a pas.

47. Premièrement, il convient de noter que le Procureur tente de changer la formulation du critère tel que posé par le Statut. Ainsi, il suffirait, d’après le Procureur, non pas d’avoir à démontrer que son appel aurait des « chances de succès » comme l’exige le Statut, mais uniquement d’avoir à démontrer qu’un tel appel éventuel serait « viable » et pourrait (donc hypothétiquement) conduire à une infirmation de la décision d’acquittement. Une telle réécriture du Statut n’est fondée sur aucune base légale, raison pour laquelle le Procureur est incapable de donner la moindre référence en note de bas de page. Surtout, elle conduit à rendre presque inévitable le maintien en détention d’une personne acquittée, puisqu’il sera toujours possible au Procureur d’arguer de la viabilité théorique d’un appel et du fait que cet appel pourrait aboutir.

48. Deuxièmement, la notion même de viabilité d’un appel est tout sauf objective : par définition, celui qui interjette appel considère avoir des chances de parvenir à ses fins, de même que celui qui répond à cet appel. Rien d’objectif donc. Il ne peut y avoir d’évaluation objective des chances de succès d’un appel, sauf à estimer que le fait que le Procureur puisse faire appel lui donne toutes les chances de gagner, ce qui est un peu curieux car il s’agit alors d’un préjugé qui confine à la tautologie.

49. Troisièmement, le Procureur s’appuie sur ce qu’il présente comme la jurisprudence de certains Etats, laquelle donne la possibilité à des personnes condamnées de demander une libération provisoire pendant l’appel à condition que « that the appeal should be « reasonably arguable and not manifestly doomed to failure » » .

50. Première remarque, le Procureur se compare ici à une personne condamnée qui demanderait à bénéficier d’une libération provisoire parce que son appel n’est pas manifestement voué à l’échec. Cela n’a pas grand sens dans le présent débat.

51. Deuxième remarque, cette jurisprudence dit l’exact contraire de ce que le Procureur soutient: il soutient qu’une personne acquittée pourrait être automatiquement maintenue en détention, alors que la jurisprudence dont il est question ici impose une mise en liberté même dans le cas d’une condamnation (à condition que l’appel ne soit pas manifestement voué à l’échec). Autrement dit, la logique du standard que met en avant ici le Procureur est de préserver le droit à la liberté d’une personne (même condamnée en première instance) lors de son appel : à condition que ses chances de succès en appel n’apparaissent pas « doomed to failure », elle doit bénéficier de son droit à la liberté.
En d’autres termes, c’est un standard qui est construit à partir du respect absolu des droits fondamentaux de la personne, et en particulier son droit à la liberté, que le Procureur veut importer à la CPI dans l’espoir qu’il y sera interprété comme il le fait lui-même, c’est-à-dire dans le sens d’un atteinte au droit à la liberté. L’utilisation de ce standard n’est ici d’aucune pertinence.

52. Quatrièmement, le Procureur construit une grande partie de son argumentation sur les chances d’un appel à partir de l’existence d’une opinion dissidente au Jugement d’acquittement. Plusieurs remarques :

53. Tout d’abord, il convient de relever que l’existence en soi d’une opinion dissidente ne peut en aucun cas donner la moindre indication sur les chances de succès d’un éventuel appel. Par exemple, les trois jugements d’acquittement prononcés en première instance par le TPIR qui ont fait l’objet d’un appel du Procureur (Bagambiki, Ntagerura et Bagilishema) ont été confirmés en appel, alors même qu’il existait des opinions dissidentes dans deux des trois cas (Bagambiki et Bagilishema). Autre exemple : pour les 12 accusés du TPIR et du TPIY condamnés en première instance mais acquittés en appel , il n’existait d’opinion dissidente que dans deux cas . A la CPI, Jean-Pierre Bemba a été acquitté en appel, alors même que le Jugement de première instance était unanime . Il apparaît donc qu’il n’existe aucun rapport entre l’existence d’éventuelles opinions dissidentes et un résultat en appel et donc aucune base pour affirmer, contrairement à ce que dit le Procureur, que la simple existence d’une opinion dissidente aurait un quelconque impact sur les chances de succès d’un appel.

54. Par conséquent, il convient que la Chambre d’Appel constate qu’aucune erreur ne peut être relevée à l’encontre de la Chambre de première instance et que, lorsque le Procureur affirme que « the Majority incorrectly found that these disagreements had no impact on the probability of success on appeal » , il s’agit uniquement d’une affirmation non étayée.

55. Ensuite, il convient de noter qu’en l’état actuel des choses, rien ne permet d’évaluer les chances de succès de l’appel, puisque ni la majorité, ni le Juge dissident n’ont donné les raisons de leur position.

56. Il est intéressant en effet de relever que bien que le Juge dissident reproche à la majorité d’avoir rendu un jugement sans y avoir joint de motivations écrites, il a suivi la même démarche, précisant que : « On the basis of the evidence submitted and the standard of review summarised above, it is my view that there is sufficient evidence upon which a reasonable Trial Chamber could convict both accused for crimes against humanity pursuant to Article 7 of the Statute », tout en ajoutant : « I will issue my fully reasoned opinion in due course » . Dans ces conditions, il est impossible de s’appuyer sur une opinion dissidente qui n’existe pas encore pour jauger de la viabilité d’un éventuel appel.

57. De la même manière, il convient de noter que la Juge Carbuccia a émis une opinion dissidente de la décision ici attaquée, mais n’a donné aucune raison pour expliquer en quoi, selon elle, il existerait des « circonstances exceptionnelles » qui justifieraient du maintien en détention de Laurent Gbagbo. Dans ces conditions, l’existence d’une telle « opinion dissidente » n’apporte rien qui ajouterait au présent débat.

58. Par ailleurs, comme « circonstances exceptionnelles » le Procureur propose l’existence alléguée de désaccords entre la majorité et le Juge dissident sur le standard de preuve et l’évaluation de la preuve. Le fait qu’il puisse exister un désaccord sur le standard de preuve applicable ou le critère d’évaluation de la preuve est tout à fait banal dans la procédure pénale internationale, opinion dissidente ou pas. En effet, il suffit d’examiner les appels des Jugements des tribunaux pénaux internationaux pour constater que la plupart des appels, sinon tous, comprennent des développements sur les standards de preuve applicables ou la manière d’évaluer la preuve. Le fait que le Procureur puisse, en théorie, soulever de tels moyens en appel ne constitue donc en aucune manière une « circonstance exceptionnelle » ; de tels éléments d’appel sont au contraire banalement utilisés. Cela ne peut suffire à maintenir une personne acquittée en prison.

59. Enfin, le Procureur semble estimer que le fait qu’il n’y ait pas encore de motivation détaillée supportant le Jugement d’accquittement constituerait en soi une « circonstance exceptionnelle » justifiant le maintien en détention de la personne acquittée. Dans son mémoire d’appel, le Procureur estime même que ses chances de succès en appel seraient augmentées du fait de l’absence de motivation actuelle (« this should increase the probability of success on appeal rather than reduce it » ).

60. Mais quel est le rapport logique entre l’absence – temporaire – de motivations écrites et les chances de succès en appel ? Ce sont deux questions séparées. En réalité, le Procureur cherche ici à obtenir de la Chambre d’Appel qu’elle prenne une position sur la démarche suivie par la Chambre de première instance qui, par souci de préserver les droits fondamentaux des Accusés, a considéré qu’ils n’avaient pas à rester en détention plus longtemps et qu’ils pouvaient être libérés pendant le processus de rédaction du Jugement d’acquittement. L’Accusation tente de pousser la Chambre d’Appel à critiquer cette démarche, ce qui n’est pas l’objet de la présente procédure.
61. Bien loin d’avoir eu une « subjective approach » – ce que lui reproche le Procureur – la Chambre de première instance a évalué les éléments factuels à sa disposition et correctement usé de sa discrétion pour conclure qu’il n’existait pas de « circonstances exceptionnelles » qui pourraient justifier du maintien en détention de Laurent Gbagbo.

Emmanuel Altit
Conseil Principal de Laurent Gbagbo
Fait le 29 janvier 2019 à La Haye, Pays-Bas
La vulnerabilite' de l'Afrique est aussi due au fait que de veritables chefs de gangs accedent a' la magistrature supreme en Europe.Ces derniers utilisent leurs armees pour attaquer nos pays comme des bandits attaquent une banque.


Popodipo
Senior
Senior
Messages : 321
Inscription : nov. 18, 15 12:59 pm

Re: Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

Message par Popodipo » janv. 31, 19 1:43 am

En réalité, tout le monde l’aura compris, ce qui se joue le 1er février va bien au-delà des contorsions du droit. L’enjeu central est politique : Laurent Gbagbo pourra-t-il rentrer en Côte d’Ivoire et prendre part au débat politique et surtout à l’élection présidentielle de 2020 ou sera-t-il consigné dans un pays européen ? Si d’aucuns doutaient encore de la partialité de cette justice internationale, la jurisprudence Gbagbo aura permis aux borgnes et aux aveugles de recouvrer la vue.
Leslie Varenne


sam kehi,le Guere
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 9344
Inscription : avr. 25, 05 4:57 pm

Re: Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

Message par sam kehi,le Guere » janv. 31, 19 1:41 pm

Quand une institution s' enferme avec zele dans une tellement mediocrite'
elle met en peril sa propre survie. La CPI va disparaitre. Tout ce que nous voulons c' est qu'elle arrete de causer des torts aux innocents comme Gbagbo et Ble avant de tomber dans l ' abime.
La vulnerabilite' de l'Afrique est aussi due au fait que de veritables chefs de gangs accedent a' la magistrature supreme en Europe.Ces derniers utilisent leurs armees pour attaquer nos pays comme des bandits attaquent une banque.


Armel
Veteran
Veteran
Messages : 689
Inscription : juin 20, 11 9:36 am

Re: Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

Message par Armel » janv. 31, 19 11:32 pm

Akwaaaaaa a écrit :
janv. 28, 19 5:31 pm
Personnellement, sans etre un quelconque signe de mauvaise augure, je m'attends a une reprise du proces. C'etait dans le plan de le faire durer jusqu'a 2020. Souvenez-vous bien que le proces avait ete ecourte a la demande de la France pour eviter de faire comparaitre des officiels francais et se sauver la face. La defense n'a jamais pu faire defiler ses temoins. Thabo MBeki devait temoigner et des acteurs militaires francais devaient etre appeles a la barre. Recemment Konan Bedie annonce que si le proces continue, alors il devient temoin de la Defense, et s'est deja entretenu avec les avocats de Gbagbo.

Quant a Cuno et compagnie, ils ont joue aux "Ponce Pilate" sans vraiment se laver les mains car ils savaient bien qu'un petit alinea de l'article 83 demeurait une derniere lucarne pour le procureur. Nous sommes dans un jeu de dupes, ne nous laissons pas a encenser des juges qui n'en valent pas la peine. A la chambre d'appel, il y a ce Nigerian, mon Dieu, c'est un corrompu ce mec!
Akwaa frere ils ne peuvent et ne veulent meme pas reprendre le procès....Pour Cuno je lui donne le bénéfice du doute surtout avec la facon il a tiré la chasse sur Mac do frère c'était tout simplement exemplaire....Demain on est rivé et à l'écoute...prêt à charger!!!
SI L'IMAGE EST BONNE, LA PERSPECTIVE DE L'IMAGE EST MEILLEURE....


Armel
Veteran
Veteran
Messages : 689
Inscription : juin 20, 11 9:36 am

Re: Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

Message par Armel » janv. 31, 19 11:33 pm

Popodipo a écrit :
janv. 31, 19 1:43 am
En réalité, tout le monde l’aura compris, ce qui se joue le 1er février va bien au-delà des contorsions du droit. L’enjeu central est politique : Laurent Gbagbo pourra-t-il rentrer en Côte d’Ivoire et prendre part au débat politique et surtout à l’élection présidentielle de 2020 ou sera-t-il consigné dans un pays européen ? Si d’aucuns doutaient encore de la partialité de cette justice internationale, la jurisprudence Gbagbo aura permis aux borgnes et aux aveugles de recouvrer la vue.
Leslie Varenne
On le libère net, il prend le premier avion pour la CI ...Il va donner ulcère à Dradra
SI L'IMAGE EST BONNE, LA PERSPECTIVE DE L'IMAGE EST MEILLEURE....


Atipadipa
Senior
Senior
Messages : 426
Inscription : mars 19, 10 1:43 am

Re: Pauvre CPI....L'appel est irrecevable!

Message par Atipadipa » févr. 01, 19 2:57 am

Si Gbagbo rentre en CI, il peut se retrouver en prison à Korhogo ! N'oubliez pas qu'il a pris une sentence de 20 ans.
S'il reste en exil et qu'il lui est interdit de se répandre dans les médias ou de participer au jeu politique ivoirien, le RDR est peinard.

Aprés, il faut être réaliste, quel est l'intérêt pour les occidentaux de voir un individu comme Gbagbo libre sans deal, un type qui a du charisme et qui est de gauche en 2019; c'mon je n'évoque même pas Blé Goudé ? Franchement, pour l'instant tout se passe comme prévu, les ivoiriens sont distraits par la comédie Gbagbo pendant ce temps ADO et sa clique pillent le pays. Je pense même que le Ouattara s'est moqué de la CPI, en ne leur donnant aucunes preuves et n'envoyant que des témoins douteux et hostiles, le but n'était pas de condamner Gbagbo bien au contraire, le but est de jouer avec vos émotions de faire durer l'agonie, je suis sure qu'il prend son pied, le bougre !


Répondre