1-- Village Rasta: Des gendarmes débarquent sur les lieux avec des chiens avant un concert prévu, tabassent, arrêtent et coiffent à ras des Rasta. |2-- Mariatou Koné, directrice du cabinet de la Ministre de la Solidarité du regime Ouattara: "Le charnier de Youpougon etait un montage". |
Rafraichir la liste des Recentes Discussions sur ABIDJANTALK FORUM
Menaces de mort :Le PDCI accu…    by Popodipo 22 Apr 2019, 5:12
Les occidentaux détruisent le…    by sam kehi,le… 19 Apr 2019, 11:32
Affi tu es fou!    by Eve 18 Apr 2019, 18:13
Rumeur de coup d'état    by sam kehi,le… 18 Apr 2019, 0:09
Une n-ieme carte d'identite'    by Yafohi 16 Apr 2019, 20:35
Mort suspecte au pied des im…    by Yafohi 15 Apr 2019, 21:38
Un charnier decouvert a' Abobo    by Yafohi 15 Apr 2019, 14:48
Soro: Laurent Gbagbo est un D…    by Yafohi 15 Apr 2019, 0:10
Poste de premier ministre sup…    by sam kehi,le… 14 Apr 2019, 23:32
La CPI refuse d'ouvrir une en…    by Eve 13 Apr 2019, 17:10
46 millions de dollars US de …    by sam kehi,le… 11 Apr 2019, 3:31
Hamed Bakayoko en mission?    by webmaster 10 Apr 2019, 15:55
... autres recents topics

Les Licenciements à Fraternité Matin

L'arbre à palabre où tous les problemes se reglent
Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4206
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Les Licenciements à Fraternité Matin

Message par webmaster » nov. 22, 18 10:44 pm

La https://www.ivoiresoir.net/tag/societe- ... e-divoire/" class="st_tag internal_tag" rel="tag" title="Posts tagged with Société nouvelle de la presse et édition de côte d’ivoire">Société nouvelle de la presse et édition de côte d’ivoire (https://www.ivoiresoir.net/tag/snpeci/" class="st_tag internal_tag" rel="tag" title="Posts tagged with SNPECI">SNPECI),
éditrice de Fraternité Matin, annonce un licenciement collectif de 123
employés, dont 11 journalistes (le quart de la rédaction), 13
syndicalistes et une super Ebony, soupçonnés d’être anti-RHDP.

« Cette rupture projetée procède d’un licenciement pour motifs économiques touchant plus d’une centaine de salariés dans le cadre global d’un plan social de redressement pérenne de l’entreprise », indique la lettre. Selon la direction, un redimensionnement qualitatif et quantitatif des ressources humaines de l’entreprise est nécessaire. « Il faut permettre à la société de répondre de façon optimale aux enjeux et défis qui se posent à elle en termes de compétitivité et de rentabilité ».

Comme raisons, la direction a avancé des raisons économiques d’une part et l’inadaptation des ressources humaines selon la nouvelle vision de l’entreprise d’autre part. « La dégradation de son outil de production, le niveau pléthorique de son effectif et l’absence d’une vision stratégique clairement partagée et acceptée par tous. (…) Les moyens humains de la SNPECI, sont inadaptés à l’évolution de l’activité de l’entreprise.

Les charges de personnel représentent 60% du chiffre d’affaire de l’entreprise en moyenne annuelle sur la période 2012-2017 et plus du tiers des charges d’exploitation », a-t-elle notifié. D’ajouté : « La stratégie de réhabilitation de l’outil de production menée au cours des dernières années s’est révélée inefficace et se traduit par une sous performance technique de l’entreprise.

Les différents audits réalisés ont confirmé la situation dégradée du matériel de production et le niveau de retard technologique du parc de production au regard des équipements modernes disponibles » La direction dit avoir agi conformément au code du travail ivoirien en ses articles 61.8 et 62.3 ainsi que des articles 87 et 90 de la convention collective interprofessionnelle. Notons que depuis un certain moment, les employés du quotidien gouvernemental multiplient leur mécontentement face à la gestion de Venance Konan, le directeur général, devenu chantre radical du RHDP unifié.

Les syndicats ont depuis l’annonce par le gouvernement d’un plan de redressement de 1.4 milliards FCFA, frappé à toutes les portes, notamment celle du ministère de la Communication dirigé par Sidy Touré, afin d’avoir des éclaircissements sur la gestion de ce fonds, alors que la direction a annoncé d’abord 500 millions FCFA, puis 900 millions FCFA. Soit 500 millions FCFA disparus, sans que ni l’inspection du travail, ni le ministère, ni la Primature, ni même la Présidence ne daignent vouloir se soucier du sort des travailleurs.

Roxane Ouattara
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.


Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4206
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Re:Les Licenciements à Fraternité Matin

Message par webmaster » nov. 22, 18 10:47 pm

https://www.connectionivoirienne.net/wp ... 68x470.jpg" width="550" height="336">



Edwige FIENDE

Le porte-parole du gouvernement Sidi Touré a affirmé jeudi que le licenciement de 123 salariés du journal d’Etat Fraternité Matin pour “motif économique”, répond à “des critères objectifs”, expliquant que le gouvernement est “obligé de passer par là” pour la viabilité de l’entreprise, après un Conseil des ministres.

Mardi, Fraternité Matin a annoncé le licenciement pour “motif économique” de 123 agents dont 11 journalistes. Ces salariés s’ajoutent à “32 départs volontaires”, soit 155 départs au total représentant près de la moitié de ses effectifs.

Pour M. Sidi, ministre de la Communication, “une telle décision est prise sur des critères justifiés et objectifs”.

“Nous sommes obligés de passer par là si nous voulons une société viable qui puisse résister après ces différentes mesures”, a-t-il dit.

Le ministre de la Communication a assuré que le gouvernement “veillera à ce que” les concernés soient accompagnés de “manière digne”.

En novembre 2017, le gouvernement avait adopté un “plan de redressement” de Fraternité Matin comportant un volet social d’un coût de 1,4 milliard FCFA.

Le Journal d’Etat, confronté depuis plus d’une dizaine d’années à des difficultés financières a enregistré “des pertes cumulées de 2,3 milliards FCFA sur la période 2012-2017, portant ainsi les déficits cumulés de l’entreprise à 10 milliards FCFA à fin 2016”.

Fraternité Matin est arrivé en tête des journaux les plus vendus en Côte d’Ivoire au premier trimestre 2018 avec un chiffre d’affaires de 116 millions FCFA contre 150 millions FCFA la même période en 2016, soit une perte de 34 millions FCFA en un an, selon les statistiques de l’Autorité nationale de la presse (ANP, organe de régulation).


Dernière modification par webmaster le nov. 22, 18 10:47 pm, modifié 1 fois.
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.


Répondre