Rafraichir la liste des Recentes Discussions sur ABIDJANTALK FORUM
POTRAIT PSYCHOLOGIQUE DU CRET…    by Afro 28 Nov 2020, 15:18
PART1&3:DEMENTELEMENT DES ETA…    by Afro 22 Nov 2020, 10:55
Le CFA, une arme nucleaire mo…    by Observateur… 22 Nov 2020, 9:18
PART1: LE PEAGE DE LA FRANCE …    by Afro 21 Nov 2020, 23:45
De la Presidentielle Americai…    by Observateur… 19 Nov 2020, 10:45
LE BRAQUAGE DU SIECLE DE LA F…    by Afro 13 Nov 2020, 22:14
La presse ghanéenne annonce l…    by Africain 12 Nov 2020, 16:30
PAS DE DIALOGUE AVEC L’EX PRE…    by Afro 12 Nov 2020, 0:10
FACE AUX PRISES D'OTAGES DE L…    by Afro 10 Nov 2020, 20:44
L’ETERNEL ENNEMIE DE LA COTE …    by Afro 8 Nov 2020, 0:10
LES IVOIRIENS MENENT 1 A 0 A …    by Justice_4_a… 7 Nov 2020, 13:30
L'example Bolivien pour la Co…    by Africain 2 Nov 2020, 17:21
... autres recents topics


Analyse; La CAN ne pouvait pas reconcilier les Ivoiriens

Nos langues, qu'en faisons-nous?
Malcom y
Veteran
Veteran
Messages : 866
Inscription : déc. 13, 10 2:42 pm

Analyse; La CAN ne pouvait pas reconcilier les Ivoiriens

Message par Malcom y » févr. 14, 12 9:01 pm

Pourquoi la CAN ne pouvait pas réconcilier des Ivoiriens plus divisés que jamais

http://www.nouveaucourrier.info/wp-cont ... 89x260.jpg" align="left"> L’opération de communication massive orchestrée depuis le Palais du Plateau a fait «pschitt». Il faut se rendre à l’évidence. La victoire des Eléphants à l’occasion de la finale de la Coupe d’Afrique des Nations, espérée par tous les Ivoiriens, n’a pas été au rendez-vous. Elle ne sera donc pas instrumentalisée par les prestidigitateurs qui nous dirigent. Et dont la petite musique était déjà parvenue à nos oreilles. Le trophée était annoncé, par ceux qui veulent réconcilier sans panser, sans écouter et sans réparer, comme le signe absolu de la fin de toute discorde au sein d’une Nation à qui tout réussit sous l’égide son chef bien aimé. Pour cette raison, un nombre incroyable d’officiels ont – une fois de plus – gaspillé l’argent public pour faire le voyage de Libreville, dans l’espoir de profiter de l’entrée triomphale des Eléphants dans une ville d’Abidjan en liesse pour se griser d’une popularité usurpée.

C’est bien là le signe du double langage du régime ivoirien, mielleux à destination de l’étranger comme il est brutal – psychologiquement aussi – à l’intérieur. Cette victoire des Eléphants devait être présentée comme le signe de la «baraka» de Ouattara, et de la confirmation de ce qui est «l’ordre juste» en Côte d’Ivoire. Les thuriféraires du régime le disaient : comme en 1992, les Eléphants ramèneraient la Coupe à Abidjan parce que, comme en 1992, Ouattara est aux affaires et Gbagbo est en prison – à sa place naturelle, entendaient-ils affirmer, faisant ainsi la démonstration de leur hostilité historique au mouvement de démocratisation et à «l’indocilité» ivoirienne. Hier comme aujourd’hui. La victoire des Eléphants n’était pas, pour eux, la promesse d’une réconciliation authentique, mais la poursuite d’un écrasement, d’une humiliation censée frapper les esprits au sein du petit peuple auquel il aurait été seriné que «Dieu aime Ouattara». Les Ivoiriens hostiles au régime actuel savaient bien quelle instrumentalisation indécente aurait été faite, ce qui ne les a pas empêchés de soutenir leur équipe et de se préparer à porter une victoire paradoxale, faites de joie intérieure et de sarcasmes extérieurs. Les Eléphants n’ont pas gagné. Mais la manœuvre du régime Ouattara, appuyée par une Organisation des Nations Unies qui a oublié son devoir d’impartialité vis-à-vis de ses pays membres, est révélatrice d’un état d’esprit détestable et dangereux. Cet état d’esprit est contenu dans la phrase de Charles Konan Banny, amorphe patron de la Commission dialogue vérité et réconciliation, qui disait en substance que les Ivoiriens se réconciliaient sans s’en rendre compte. De combien de tonnes de lâcheté cette élite-là, et les diverses coteries internationales qui accompagnent le régime Ouattara, se sont lestées pour ne pas oser voir ce que le commun des mortels voit ? En tout cas, on se situe plus que jamais au degré zéro du politique ! Quand des chanteurs ou des footballeurs sont appelés à la rescousse pour régler des problèmes qui ne les concernent pas, c’est qu’il y a une démission des dirigeants et une incompétence manifeste. Dans le cas d’espèce, le problème est simple. Personne, dans le clergé, dans le gouvernement, au sein des syndicats, de la société civile et du corps diplomatique, parmi les guides religieux, n’ose se lever pour dire à Alassane Dramane Ouattara que sa manière de gouverner dans le sadisme, la brutalité et le «rattrapage ethnique» est porteuse des plus grands périls. Comment réconcilier la Côte d’Ivoire alors que les Dozos et FRCI ( Rebelles) canal Forces nouvelles continuent de traumatiser et de tuer, comme nous le montre l’actualité récente à Arrah, notamment développée dans cette édition du Nouveau Courrier ? Comment apaiser alors que l’absurdité judiciaire triomphe dans le traitement des prisonniers politiques, dont le cas Michel Gbagbo est emblématique de la cruauté d’Etat en Côte d’Ivoire ? Comment rassembler quand tout semble être mis en œuvre de manière rationnelle pour vider les villages Wê du peu de population qui reste, et quand aucun programme sérieux ne vise à rassurer les centaines de milliers de déplacés internes et de réfugiés ivoiriens ? La joie de la CAN n’aurait-elle pas été forcément de courte durée face aux destructions d’emplois qui battent leur plein et à la vie chère qui oppresse tout un peuple ? Il s’agit de revenir aux fondamentaux au lieu de persévérer dans la politique de l’autruche. La France «black

Dernière modification par Malcom y le févr. 14, 12 9:10 pm, modifié 5 fois.
Il est plus facile d’attraper un menteur qu’un boiteux.

Vive la côte d’ivoire libre



Malcom y
Veteran
Veteran
Messages : 866
Inscription : déc. 13, 10 2:42 pm

Re:Analyse; La CAN ne pouvait pas reconcilier les Ivoiriens

Message par Malcom y » févr. 14, 12 9:06 pm

il est niais de penser que d'un coup de baguette magique remporter un trophee peut panser les plaies d'une nation qui est plus que jamais divisee. cette analyse du Nouveau courrier est pertinente , veuillez la lire avec delectation
Il est plus facile d’attraper un menteur qu’un boiteux.

Vive la côte d’ivoire libre



IPAL
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 1674
Inscription : mars 01, 05 7:45 pm
Localisation : Zion City(Kingston Feeling)

Message par IPAL » févr. 14, 12 9:09 pm

Ce texte est écrit en quelle langue africaine pour figurer sur cette branche de l'index ? Faites un petit effort pour poster là où il faut.

Petite remarque sans méchanceté hein !
Plus les gens sont bêtes, ignares et méchants plus ils jugent. L'intelligence se caractérise avant tout par la faculté de connaitre, de comprendre et de ne pas juger.

Roger DOMMERGUE Polacco de Menasce J'ai mal de la terre



Répondre