Rafraichir la liste des Recentes Discussions sur ABIDJANTALK FORUM
PART1&3:DEMENTELEMENT DES ETA…    by Afro 22 Nov 2020, 10:55
Le CFA, une arme nucleaire mo…    by Observateur… 22 Nov 2020, 9:18
PART1: LE PEAGE DE LA FRANCE …    by Afro 21 Nov 2020, 23:45
De la Presidentielle Americai…    by Observateur… 19 Nov 2020, 10:45
LE BRAQUAGE DU SIECLE DE LA F…    by Afro 13 Nov 2020, 22:14
La presse ghanéenne annonce l…    by Africain 12 Nov 2020, 16:30
PAS DE DIALOGUE AVEC L’EX PRE…    by Afro 12 Nov 2020, 0:10
FACE AUX PRISES D'OTAGES DE L…    by Afro 10 Nov 2020, 20:44
L’ETERNEL ENNEMIE DE LA COTE …    by Afro 8 Nov 2020, 0:10
LES IVOIRIENS MENENT 1 A 0 A …    by Justice_4_a… 7 Nov 2020, 13:30
L'example Bolivien pour la Co…    by Africain 2 Nov 2020, 17:21
COTE D’IVOIRE : DES OFFICIERS…    by Aristide ba… 30 Oct 2020, 10:32
... autres recents topics


Quelle langue pour le futur?

Nos langues, qu'en faisons-nous?
Kwame
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 4847
Inscription : août 23, 05 5:02 pm

Message par Kwame » oct. 28, 10 11:10 am

Bonjour,

Le Dioula(Côte d'Ivoire - Burkina-Faso) ou le Mandingo(Libéria - Sierra-Leone) ou le Bambara(Mali - Sénégal) ou le Malinké (Guinée). En fait, c'est la même et unique langue. Le choix d'une langue africaine doit remplir certaines conditions :

-L'extension géographique de la langue
-L'importance démographique de la langue
-Le caractère véhiculaire de la langue, c'est-à-dire son efficacité réelle dans son vocabulaire et dans sa communication et les échanges.
-Le rôle culturel rempli par la langue dans l'Etat.

Je pense que la langue de Samory Touré, de Soundjata Keïta, de Kankan Moussah, de Sékou Touré....remplit toutes ces conditions. VAMOS !
Dernière modification par Kwame le oct. 28, 10 11:14 am, modifié 1 fois.



Ogotemmeli
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 1046
Inscription : févr. 11, 05 8:01 am

Re:Quelle langue pour le futur?

Message par Ogotemmeli » oct. 28, 10 5:16 pm

Ivoirophile a écrit :Parent, c est Frédéric Bruly Bouabré et non Tape Bruly Bouabre .

Parent, il y a environ 30 ans j'ai vu un documentaire sur ce monsieur à la télé ivoirienne : sauf erreur de ma part, il s'appelait alors Tape Bruly Bouabré. Même si maintenant Tape a été remplacé par Frédéric...
Ce documentaire m'a tellement marqué que je ne pense pas avoir confondu le nom de ce génial compatriote. Mais, si c'est Frédéric, je prends également...
Je pensais vraiment le niger-congo etait une classification valide ,
apparament elle ne lest pas . Vu que ta lu Mr tape bruly Bouabre , j
aimerais que tu nous parles un peu des nouvelles classifications de
Monsieur Bouabre .

En fait, je n'ai pas lu Bruly Bouabré, mais ai glané quelques articles en ligne sur son travail : ceux qui en parlent ne me semblent pas assez compétents en linguistique pour exploiter l'incroyable fécondité de son alphabet. D'ailleurs, récemment j'ai renoncé à acheter un des rares livres consacrés à cet aspect de son travail, car le Blanc qui l'a pondu est vraiment médiocre ; carrément ignare!
Ce qui les intéresse, ce sont ses innombrables toiles, croquis et dessins témoignant d'un univers artistique extraordinaire ; à faire pâlir de jalousie les plus virtuoses des "surréalistes" : du coup, tout le tintouin international sur Bruly Bouabré porte sur la spéculation relative à la valeur marchande son immense oeuvre. Quelques Blancs se sont improvisés spécialistes de l'artiste Bouabré et vivent des revenus qu'ils tirent des conférences qu'ils font partout dans le monde (occidental) sur un sujet, dont le maître encore vivant ne tire quasiment aucun avantage pécuniaire...
Si j'étais LG, je créerait une fondation qui récupèrerait toutes les oeuvres de ce génial personnage, en vue d'en faire une exposition permanente que les gens viendraient du monde entier contempler, étudier, méditer...

Par ailleurs, la reclassification des langues ivoiriennes a été faite par Dr Kassoro Gnaboua (que j'ai eu l'honneur de rencontrer à Baby en août courant), et non par Bruly Bouabré. Malheureusement, c'est un ami à Paris qui m'a montré récemment une carte des langues ivoiriennes reconstituée par Kassoro, où j'ai pu constater que son travail remettait en cause celui de Greenberg.
Cela dit, entendons-nous bien :
- je me méfie A PRIORI de la classification des langues africaines réalisée par un Blanc qui ne comprend aucune de ces langues : pour moi, c'est de l'imposture scientifique...Il suffit que quelqu'un sachant parler un groupe de ces langues constate aussitôt que pour ce groupe les travaux de Greenberg sont fallacieux...
- je me méfie en général des classifications linguistiques, et préfère de loin les RECONSTRUCTIONS linguistiques qui regroupent les langues en fonction de leurs caractéristiques "génétiques" communes. C'est la différence entre Greenberg et consorts, et Diop & Obenga. Ces derniers établissent d'abord les règles de parenté des langues négro-africaines, et ensuite classent ces langues en fonction de ces règles ; ce que Greenberg n'a jamais fait et n'aurait pas été capable de faire (n'ayant pas une formation idoine en linguistique comparative)...
-  Tel que je l'ai rapidement regardé, le travail de Kassoro ne remet pas en cause le macrophylum Niger-Kongo, mais réorganise certaines langues à l'intérieur de ce grand groupe : par exemple, des langues qui étaient dites Kwa ne le seraient pas ; et certains dialectes ont été notés comme des langues. Toute sorte d'erreurs inévitables pour des Blancs qui ne comprennent RIEN aux phénomènes linguistiques négro-africains, lesquels en raison de leur plus grande ancienneté sont évidemment les plus complexes au monde : l'étude de tels phénomènes ne peut donc pas être usurpée par des stratégies eurocentristes ou sémitocentristes...

La langue est la "boîte noire" d'une civilisation.
(Alain Anselin, Samba, éd. UNIRAG, 1992, p.11)
http://www.afrocentricite.com/



Avatar de l’utilisateur
Brave Tchê
Talker
Talker
Messages : 145
Inscription : oct. 28, 10 11:37 am

Re:Quelle langue pour le futur?

Message par Brave Tchê » oct. 28, 10 5:23 pm

soutien frère ! on va kouman en nouchi c'est pro
LG Ayoka !



Avatar de l’utilisateur
Kouassi Foly-vi
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 3701
Inscription : oct. 16, 05 6:05 pm
Localisation : Nice , France

Message par Kouassi Foly-vi » oct. 28, 10 6:20 pm

Une langue ne se crée pas. Elle est le plus souvent le résultat de l'évolution lente à partir d'une autre langue , au point qu'en deux endroits géographiques distincts deux langues différentes peuvent apparaitre. (par exemple le français et l'espagnol dérivés du latin). Aujourd'hui il est possible de voir les prémices du même phénomène avec:
- la langue anglaise qui fait qu'un habitant de Nairobi (Kenya) est quasiment incapable de converser avec un habitant de Denver ( Etas-Unis).
-la langue portugaise qui a évolué suffisamment pour que des Bésiliens et des Portugais doivent faire des efforts mutuels pour se comprendre.
-la langue française avec des Français et des Québécois du monde rural qui auraient toutes les peines du monde à se comprendre.
Pour revenir à la langue anglaise , regardez les différences entre USA et Grande-Bretagne:


Au cours de l’année 1828, le premier dictionnaire de l’usage américain a été publié par l’Américain Noah Webster qui y a inclus quelques suggestions pour réformer l’orthographe anglaise. Beaucoup de ses suggestions furent adoptées. De l’autre côté de l’océan Atlantique d’autres réformes orthographiques furent adoptées qui n'ont pas cours aux États-Unis, alors qu’au Canada ce sont grosso modo les règles britanniques qui sont suivies.

Règles d’orthographe
1. La plupart des mots se terminant par -our en anglais britannique se terminent en -or en anglais américain.


■Exemple : behaviour s’écrit behavior en anglais américain.
Cette règle s’applique aussi aux mots dérivés de mots en -our.


■Exemple : de même que favour devient favor, favourite devient favorite.
Seuls les mots unisyllabiques (ex : four, your, sour) et les mots étrangers (ex : glamour) font exception à la règle.

2. Les mots ayant la terminaison -tre en anglais britannique ont la terminaison -ter en américain.


■Exemples : centre devient center, theatre devient theater.
3. Les mots ayant la terminaison -bre en britannique ont la terminaison -ber en américain.


■Exemple : fibre est orthographié fiber aux États-Unis.
4. Beaucoup de verbes polysyllabiques en -ise se terminent en -ize en américain.


■Exemple : to realise est écrit to realize aux États-Unis.
Une petite vingtaine de mots ne suivent pas cette règle et restent inchangés, parmi eux on peut citer : to advertise, to surprise, to disguise, to compromise.

5. Souvent (mais pas dans tous les cas) -ogue devient -og en américain.


■Exemples : catalogue/catalog, dialogue/dialog.
Quelques exemples de différences dans l’orthographe :

Britannique Américain
- re (centre, theatre…) - er (center, theater…)
- ise (realise…) - ize (realize…)
- ogue (catalogue…) - og (catalog…)
- our (colour, harbour) - or (color, harbor)
South-East Southeast
sceptical skeptical
jewellery jewelry
licence license
tyre tire
mum mom
aeroplane airplane
aluminium aluminum
arse ass
behove behoove
bogeyman boogeyman
moustache mustache
disc disk
programme program
Vocabulaire
Nouveaux mots d’origine américaine
Beaucoup de mots qui sont utilisés dans tout le monde anglophone sont d’origine américaine, par exemple :

■O.K. : "bon", ou "suffisant" ; utilisé comme interjection, adjectif, et adverbe.
■teenager : adolescent âgé de 13 à 19 ans.
■belittle : rabaisser, dénigrer ;
■blizzard : grande tempête de neige ;
■gerrymander : découper les circonscriptions électorales ;
Un nombre important de mots nés aux États-Unis sont passés dans l'anglais international :

■termes politiques : caucus (comité électoral), filibuster (obstruction parlementaire), exit poll (sondage de sortie des urnes), landslide (a/ avalanche, raz-de-marée; b/ victoire écrasante), run for office (se présenter aux élections);
■affaires et finances : employee (employé), breakeven (seuil de rentabilité), human resources (le calque « ressources humaines »), blue chips (valeurs sûres), CEO (PDG), downsize (réduire la taille de), disintermediation (suppression des intermédiaires);
■automobile : hatchback (voiture à hayon), compact car (petite cylindrée), SUV (quatre-quatre/quat-quat/4x4; VUS, au Québec), station wagon (le franglais « break »), tailgate (hayon), motorhome (le franglais « camping car »), truck (camion);
■verbes à postposition substantivés : backup (a/ soutien; b/ renforts; c/ sauvegarde (informatique)), stopover (escale), lineup (a/ ligne d'attente; b/ ordre de passage), shakedown (a/ fouille; b/ extorsion), tryout (a/ essai d'un produit; b/ audition d'un acteur), spinoff (a/ produit dérivé; b/ filiale), rundown (récapitulatif, topo), shootout (bataille rangée);
■constructions grammaticales : as of (à compter de), outside of, headed for (faisant cap sur), meet up with (rejoindre, retrouver), lack for;
■expression familières: cool, screw up (tr. : faire foirer; intr. : merder), fool around (déconner), nerd (a/ crétin; b/ mordu, fana, accro, obsédé), nip and tuck (au coude à coude), 24/7, heads-up (avertissement);
■parlé : get the hang of (se familiariser avec) , make the grade (se montrer à la hauteur), take for a ride (mener en bateau), bark up the wrong tree (se mettre le doigt dans l'œil), keep tabs (tenir à l'œil), run scared, take a backseat (s'effacer), have an edge over (avoir un avantage sur);
■autre : motel (l'emprunt « motel »), waterfront (front de mer), gridlock (paralysie d'un réseau), fix (arranger, réparer), overview (vue d'ensemble), backdrop (toile de fond), about-face (volte-face), cash register (caisse enregistreuse), automated teller machine (distributeur de billets).
Mots non employés hors de l’Amérique du Nord
Il y a une quantité d'anciens mots d'origine anglaise qui ne sont pas utilisés hors des États-Unis et du Canada, et de nos jours sont considérés comme étant de l'« anglais américain », par exemple :

■Fall, littéralement « chute », qui veut dire « automne ». En Grande-Bretagne on dit autumn.
■Gotten au lieu de got, participe passé de to get, qui veut dire « obtenir ». got est aussi utilisé aux États-Unis mais il y a un différence de sens entre got et gotten: got n'est que utilisé dans le locution 'have got to', 'it is imperative that' (il faut que, il est imperatif que). [5]
■Creek, cours d'eau plus petit que ce qui est désigné par river (rivière).


21 accents anglais différents sur cette vidéo :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=3UgpfSp2t6k[/youtube]
Dernière modification par Kouassi Foly-vi le oct. 28, 10 6:26 pm, modifié 4 fois.
L'acceptation de la différence est un combat permanent...



Papa Danga
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 6030
Inscription : août 22, 05 8:56 am

Re:Quelle langue pour le futur?

Message par Papa Danga » oct. 28, 10 6:31 pm

Tel que je l'ai rapidement regardé, le travail de Kassoro ne remet pas en cause le macrophylum Niger-Kongo, mais réorganise certaines langues à l'intérieur de ce grand groupe : par exemple, des langues qui étaient dites Kwa ne le seraient pas ; et certains dialectes ont été notés comme des langues. Toute sorte d'erreurs inévitables pour des Blancs qui ne comprennent RIEN aux phénomènes linguistiques négro-africains, lesquels en raison de leur plus grande ancienneté sont évidemment les plus complexes au monde : l'étude de tels phénomènes ne peut donc pas être usurpée par des stratégies eurocentristes ou sémitocentristes...
Merci pour ce commentaire oh combien pertinent. C'est que la connaissance de l'arbre des langues africaines, de leur origine et leurs parentés a un intérêt qui déborde largement la simple linguistique de tous bords. C'est toute l'histoire des peuplements de l'Afrique qu'on y retrouve et c'est votre Histoire avec un grand H, du début jusqu'à nos jours.

Quand on veut dominer un peuple, on lui nie sa culture et son histoire. C'est comme ça qu'on a pu vous traiter comme du bétail et vous déporter en Amérique pendant des siècles. Les peuples sans écriture ont une un savoir mystique qui s'inscrit dans la mémoire à travers des mythes et des rites, ce qui explique pourquoi les colons envoient tout de suite des missionnaires pour déstructurer le tissus culture du pays à dominer. Ils l'ont fait en imposant leurs propres mythes et rites avec la magie du livre et de l'écriture. L'objectif ultime c'est de vous enlever tout ce qui peut vous permettre de renouer avec votre identité. Vos ancêtres les Gaulois, les pharaons blancs, leurs langues, le Christ blanc aux cheveux blonds et aux yeux bleus. En vous arrachant votre Histoire, on vous arrache aussi votre fierté pour que vous vous agenouilliez devant le dieu blanc auquel vous devez faire toutes vos offrandes:forêts, ressources minières, pétrole, votre travail., vos enfants et vos vies. Sans cette opération d'aliénation culturelle, on n'aurait pas pu vous dénier votre âme et on n'aurait pas pu vous réduire à l'esclavage.

Il y a un gros travail de débroussaillage à faire. En fait, il est immense parce que toutes les données écrites disponibles sont sujets à caution, reposant sur des écrits d'agents coloniaux, ancêtres des anthropologues. Dieu merci, vous en êtes conscients et vous avez des chercheurs compétents capables de mettre en doute le «savoir» héritier du colonialisme.

Bon courage!



Gg01
Talker
Talker
Messages : 179
Inscription : juil. 27, 09 1:02 am

Message par Gg01 » oct. 28, 10 8:23 pm

Non. C'est pas toi. Tu as raison et Mérik aussi. Je déconne souvent sur le nouchi. Il faut me pardonner. Oui, c'est un métissage de français et de langues africaines et pour moi c'est comme d'avoir pris cette langue coloniale et l'avoir taillée sur mesure comme on le fait pour un habit. C'est poétique et subversif à la fois puisque le français s'en trouve mélangé.

:wink: ah ca me rassure il faut me dire hein,je ferais des meditations positives sinon LOL
Comme l'a dit Seba (je ne voulais pas mettre l'autre mot ca ferait une mauvaise pub) ogotemmeli le Francais PLUS JAMAIS, les vrais langues existent ont un passé et un contenu riches, il n'y a plus qu'à choisir .
si demain on met le verbe "kouman" dans le dico français, comme synonyme de "parler", que diras-tu ?
Tu plaisante la ,mais je suis sûre qu'ils seraient vraiment capables de le faire, pour faire barrage .
Dernière modification par Gg01 le nov. 07, 10 5:55 pm, modifié 3 fois.



Ogotemmeli
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 1046
Inscription : févr. 11, 05 8:01 am

Re:Quelle langue pour le futur?

Message par Ogotemmeli » oct. 30, 10 6:12 pm

Papy Cocody a écrit :Les peuples sans écriture ont une un savoir
mystique qui s'inscrit dans la mémoire à travers des mythes et des
rites, ce qui explique pourquoi les colons envoient tout de suite des
missionnaires pour déstructurer le tissus culture du pays à dominer.

En ce qui concerne l'Afrique, TOUTE l'Afrique, "peuples sans écriture" est encore une autre mystification coloniale :
L'écriture est née en Afrique, il y a plus de six mille (6000) ans, et n'en a jamais disparu !

On trouve des systèmes d'écritures endogènes PARTOUT en Afrique : Sud, Est, Nord, Ouest, Centre...contrairement à l'Europe (qui est pourtant bcp moins étendue géographiquement)...
L'ancêtre de l'écriture s'appelle l'épigraphie : eh bien, les plus anciennes épigraphies du monde sont originaires de l'Afrique australe, notamment dans la grotte de Bomblos et bien entendu le fabuleux Os d'Ishango...sans oublier les innombrables épigraphes du Sahara...

Comme les Africains écrivaient beaucoup sur des objets très inflammables (papyrus, écorces d'arbre, tablettes en bois, os, ivoire, etc.), et que seule une toute petite élite sociale (les scribes) maîtrisait cette science de l'écriture, les assauts millénaires d'agresseurs étrangers (Hyksos, Perses, Macédoniens, Romains, Arabes, Européens, etc.) qui n'ont cessé d'incendier tant de nos temples (ou "Maison de Vie" : Pr Ankh), ont par leurs crimes éliminé cette élite et les documents scripturaires qu'elle a produits à foison (ex. incendie de la Bibliothèque d'Alexandrie ; sac de Tombouctou par Djouder et ses brigands)...

Pour autant, il reste encore des centaines de milliers de textes écrits dans la Boucle du Djoliba, dont certains ont été composés par des Nègres plusieurs siècles avant qu'il n'y eut d'université en France...
Notre patrimoine scripturaire est donc tout aussi grandiose que nos ressources linguistiques : faudra juste remobiliser toutes ces richesses culturelles et scientifiques. Le plus vite sera le mieux !
Dernière modification par Ogotemmeli le oct. 30, 10 6:14 pm, modifié 2 fois.
La langue est la "boîte noire" d'une civilisation.
(Alain Anselin, Samba, éd. UNIRAG, 1992, p.11)
http://www.afrocentricite.com/



Avatar de l’utilisateur
Hwenusu
Veteran
Veteran
Messages : 948
Inscription : oct. 05, 10 6:29 pm

Message par Hwenusu » nov. 07, 10 2:43 pm

Je trouve ce sujet très interessant, nous avons beaucoup de langues sur le continent et beaucoup de noirs essayent de se réapproprier leur culture et donc leur langue. Mais quelle langue choisir, on ne peut pas parler toutes les langues noires africaines en plus de l'anglais ou du chinois qui deviennent obligatoires dans le monde des affaires aujourd'hui.

Il faut donc choisir parmi les nombreuses langues.

En ce qui concerne le débat sur le noutchi, moi aussi je préfère une langue originelle le dioula (par exemple) à un argot du français. L'original est mieux que la copie.

Pour ce qui est de l'afrique noire en général, si les états-unis d'Afrique devient une réalité quelles seront les langues retenues ?

Dioula, Yoruba, Haoussa, Swahili ?
Dernière modification par Hwenusu le nov. 07, 10 2:44 pm, modifié 2 fois.



Flak
Talker
Talker
Messages : 112
Inscription : juil. 14, 10 1:42 am
Contact :

Re:Quelle langue pour le futur?

Message par Flak » nov. 07, 10 5:56 pm

En Afrique ce serait difficile d'avoir une langue commune mais nous pouvons dès maintenant poser les jalons de cette future langue...
mais il faut être objectif , je veux dire que chaque peuple s'y reconnaisse afin qu'elle sois riche...
merci
"L'ami aime en tout temps, Et dans le malheur il se montre un frère" (17/17).



Gg02
Veteran
Veteran
Messages : 512
Inscription : mai 11, 13 11:42 am

Re:Quelle langue pour le futur?

Message par Gg02 » juin 22, 13 9:00 pm

Il semble qu ogotemmeli soit bien dans le futur les brics et les caraibeen se rapproche de plus en plus la logique serait de les prendre en compte et d agir en fonction dans toutes nos decision



Répondre