Rafraichir la liste des Recentes Discussions sur ABIDJANTALK FORUM
Reine Pelagie toujours egale …    by webmaster 13 Jun 2019, 13:48
Deces du Professeur Marcel Et…    by sam kehi,le… 13 Jun 2019, 12:11
Arrestations inutiles    by sam kehi,le… 12 Jun 2019, 11:50
Debat: Musulman, Chretien, In…    by sam kehi,le… 10 Jun 2019, 13:07
Le Rwanda de Kagame    by sam kehi,le… 9 Jun 2019, 18:14
Immobilier a' Abidjan: le des…    by sam kehi,le… 9 Jun 2019, 17:27
Interview: Ble Goude    by sam kehi,le… 9 Jun 2019, 14:17
Hommage au Colonel Babri Goho…    by sam kehi,le… 7 Jun 2019, 18:31
Assainissement    by Eve 6 Jun 2019, 12:23
Il ne sert à rien d’inventer …    by Atipadipa 2 Jun 2019, 19:00
Les ponts et les residences U    by Beauté Nubi… 2 Jun 2019, 9:34
La puissance de Bolloré    by Eve 1 Jun 2019, 16:37
... autres recents topics

Bouake': C'etait tranquille

L'arbre à palabre où tous les problemes se reglent
sam kehi,le Guere
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 9356
Inscription : avr. 25, 05 4:57 pm

Bouake': C'etait tranquille

Message par sam kehi,le Guere » janv. 10, 18 12:49 am

On se rappelle encore le debut des annees 1970. Quand les Baoule' etaient majoritaires chez eux, a' Bouake', la ville etait tranquille et il faisait bon vivre.
Meme dans un passe' tres recent, annees 1980s, on pouvait aller au quartier Air France a' partir de l'ancienne installation de l'antenne de la television , a' pieds , sans aucun souci.
Qu'en est-il depuis que les maliens et les mogossi sont devenus majoritaires dans cette ville? qu'en est-il depuis l'arrivee des usurpateurs et autres putschistes voleurs? Casse de la BCEAO, gendarmes egorge's,nettoyage ethniques contre les autochtones, mutineries a' repetition, tirs par-ci , tir par-la'. Une jungle en decomposition. Voila ce qui arrive quand des sauvages sont majoritaires en terre etrangere.


Dernieres nouvelles
Côte d’Ivoire: de nouveaux tirs à Bouaké sèment la panique
Publié le mardi 9 janvier 2018 | AFP


Bouaké (Côte d’Ivoire) - Des coups de feu ont été entendus de nouveau mardi ( 09 Janvier 2018 ) soir à Bouaké (nord), épicentre des mutineries de soldats ivoiriens en 2017, poussant les habitants à rentrer chez eux et la plupart des commerces à fermer, a rapporté un journaliste de l’AFP.

De nombreux tirs ont commencé vers 19h00 dans le quartier de Sokoura (nord de Bouaké) selon un journaliste de l’AFP alors que d’autres tirs ont été signalés par des témoins dans le quartier d’Air France 3, près du centre-ville.

Les habitants couraient dans la ville pour regagner leur domicile, a ajouté le journaliste.

Des tirs avaient déjà été entendus dans la nuit de dimanche à lundi, samedi et surtout dans la nuit de jeudi à vendredi lorsqu’un soldat a été tué et un blessé au cours d’échanges de tirs entre des forces de défense et de sécurité. Il s’agissait de "différends personnels" entre membres de corps différents, selon une source militaire. Le ministère de la Défense a annoncé avoir ouvert une enquête sur l’affaire.

Jeudi, le général Sekou Touré, chef d’état-major des armées ivoiriennes, avait présenté "ses excuses à la nation" pour les mutineries qui avaient ébranlé le pays en 2017 et promis qu’en 2018 l’armée remplirait "son devoir".

D’anciens rebelles intégrés dans l’armée se sont mutinés en janvier et en mai 2017, obtenant finalement le paiement de 12 millions de francs CFA (18.000 euros) pour chacun des 8.400 d’entre eux. Cette crise a terni l’image de stabilité retrouvée du pays après la crise politico-militaire de 2010-2011 et fragilisé le président Alassane Ouattara et l’équipe gouvernementale.

Dans son allocution télévisée du Nouvel An, le président Ouattara avait
affirmé sa volonté de transformer l’armée en une force "véritablement républicaine".

Fin décembre, un millier de militaires ont quitté l’armée dans le cadre d’une réforme.

L’armée ivoirienne comptait avant ce départ, 23.000 hommes du rang (dont 13.000 issus de la rébellion qui a tenu le nord du pays de 2002 à 2011), et 15.000 sous-officiers, a-t-on indiqué de source militaire.

Les autorités avaient promu massivement des militaires du rang, en
intégrant d’anciens rebelles. Les experts estiment qu’une armée doit avoir 20 à 30% de sous-officiers et 65 à 70% de militaires du rang.
https://news.abidjan.net/h/628902.html
La vulnerabilite' de l'Afrique est aussi due au fait que de veritables chefs de gangs accedent a' la magistrature supreme en Europe.Ces derniers utilisent leurs armees pour attaquer nos pays comme des bandits attaquent une banque.