Rafraichir la liste des Recentes Discussions sur ABIDJANTALK FORUM
Zoro Bi Ballo le nullard    by webmaster 19 Jun 2019, 0:29
Reine Pelagie toujours egale …    by webmaster 13 Jun 2019, 13:48
Deces du Professeur Marcel Et…    by sam kehi,le… 13 Jun 2019, 12:11
Arrestations inutiles    by sam kehi,le… 12 Jun 2019, 11:50
Debat: Musulman, Chretien, In…    by sam kehi,le… 10 Jun 2019, 13:07
Le Rwanda de Kagame    by sam kehi,le… 9 Jun 2019, 18:14
Immobilier a' Abidjan: le des…    by sam kehi,le… 9 Jun 2019, 17:27
Interview: Ble Goude    by sam kehi,le… 9 Jun 2019, 14:17
Hommage au Colonel Babri Goho…    by sam kehi,le… 7 Jun 2019, 18:31
Assainissement    by Eve 6 Jun 2019, 12:23
Il ne sert à rien d’inventer …    by Atipadipa 2 Jun 2019, 19:00
Les ponts et les residences U    by Beauté Nubi… 2 Jun 2019, 9:34
... autres recents topics

L'autre se repand en auto -glorification

L'arbre à palabre où tous les problemes se reglent
sam kehi,le Guere
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 9357
Inscription : avr. 25, 05 4:57 pm

L'autre se repand en auto -glorification

Message par sam kehi,le Guere » févr. 11, 19 8:56 pm


Côte- d’Ivoire: «C’est très clair. Je peux me représenter si je le souhaite», en 2020 (interview de Ouattara)
11 FÉVRIER 2019 BY LA RÉDACTION IN INTELLIGENCE, INTERVIEWS, ON DIT QUOI AU PAYS, POLITIQUE, UNE · 2 COMMENTAIRES
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPartagez

Christophe Boisbouvier, à gauche et Alassane Ouattara, à droite. RFI/Thibault Baduel
Alassane Ouattara: «Pas question d’empêcher la candidature de qui que ce soit»
Par Christophe Boisbouvier RFI

Alassane Ouattara: «Pas question d’empêcher la candidature de qui que ce soit»

(...)

La démission de Guillaume Soro de la présidence de l’Assemblée nationale, est-ce la fin d’une longue amitié entre lui et vous
?

Alassane Ouattara : Ah non, pas du tout. Guillaume Soro estimait qu’il était plus d’une idéologie politique qui n’était pas celle du RHDP [Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix], puisque le RHDP, les Houphouëtistes, nous sommes un parti libéral ; libéral social, lui se considère marxiste. Donc, je comprends que de ce fait ce ne soit pas compatible avec ses convictions.

Vous êtes des compagnons de longue date, depuis les années 2000, depuis notamment la crise postélectorale de 2010-2011. Guillaume Soro a été votre premier Premier ministre après votre arrivée au pouvoir. Ce n’est quand même pas rien cette brouille aujourd’hui.


Tout à fait. J’ai beaucoup d’estime pour Guillaume Soro. C’est un jeune homme que je considère comme un de mes fils. Vous savez, j’en ai beaucoup. Au niveau de mon parti, il a été courageux. Il a fait un travail important. Et il était engagé contre l’ivoirité, c’était la chose, je pense, qui l’a amenée vers moi comme beaucoup de jeunes qui considéraient que cette politique d’ivoirité dans les années 1990 allait totalement détruite la Côte d’Ivoire. Et je pense d’ailleurs que cela a été le cas. Tous les maux de la Côte d’Ivoire peuvent être rattachés à cette politique d’ivoirité. Maintenant que ces problèmes sont derrière nous, évidemment s’il veut mener une carrière politique conformément à ses convictions politiques, nous ne sommes pas de convictions libérales sociales. Mais écoutez, il est libre de le faire.

En fait, c’est cela : vous avez souhaité qu’il entre dans le nouveau parti unifié RHDP. Il n’y est pas entré. Vous en avez tiré les conséquences ?

Non. Il est entré à la formation du parti. Mais un peu plus tard, après réflexion, il a estimé que peut-être sa place n’était pas au RHDP et qu’il préférait engager une nouvelle aventure. Il l’a dit lui-même. Donc je n’ai pas besoin de répéter ce qu’il a dit.

Et pour vous, il y a une certaine logique à ce que le président de l’Assemblée nationale soit membre du RHDP, c’est cela ?

Mais, est-ce que le président de l’Assemblée nationale française est du Parti socialiste ?

Donc, il y a une logique parlementaire ?

Mais évidemment. C’est la majorité présidentielle qui désigne son président qui doit être de la majorité. Le RHDP est largement majoritaire, pratiquement les deux tiers du Parlement. Il faut bien que le président du Parlement soit issu du RHDP.

Est-ce que de facto, depuis sa démission que l’on dit un peu forcée par vous-même…


Non, non. Je ne suis pas homme à forcer qui que ce soit. Nous avons eu de bons entretiens. Il m’a confirmé tout cela. Il m’a dit qu’il voulait prendre un peu de temps. Il envisage d’aller faire des études de MBA à Harvard. Et puis après, on verra, je n’exclus pas qu’il revienne à la maison d’ailleurs.

Est-ce que de facto Guillaume Soro, qui est un jeune homme politique, c’est un quadragénaire, il ne va pas être tenté de se présenter à la présidentielle de 2020 ?

Mais, je considère que c’est son choix, c’est sa liberté. J’ai dit que tout le monde peut être candidat. Par conséquent, la Constitution l’autorise à le faire et il n’est pas question pour moi d’empêcher la candidature de qui que ce soit, comme certains ont tenté de le faire par le passé.

Est-ce que de facto, il n’est pas devenu désormais pour vous un adversaire politique ?

Ah, non. Je le considère comme un jeune qui s’était attaché à ma personne, à mon combat, à mes idées, qui m’a dit qu’il est impressionné par la manière dont nous avons géré ce pays, les transformations qui sont visibles. Et par conséquent, non, c’est un jeune homme avec qui je maintiendrai les rapports que j’ai toujours eus. Je pense qu’au niveau de la presse, vous exagérez un peu. Il n’y a pas de problème relationnel. Guillaume, je suis tout de même à un niveau où on ne peut pas considérer que Guillaume puisse avoir un problème avec moi. C’est un jeune homme qui se dit très attaché à ma personne.

Un autre allié politique est parti. C’était au mois d’août 2018. Ce n’est pas n’importe qui. C’est l’ancien président Henri Konan Bédié.


Il est parti où ?

Il est parti apparemment dans l’opposition ?

J’entends parler d’une plateforme stratégique, mais on verra. Mais je ne sais pas qui est dans cette plateforme.

Il appelle justement Guillaume Soro à entrer dans cette plateforme ?


Je pense que ce n’est pas dans l’intérêt de Guillaume Soro de le faire. Et je lui ai dit.

Est-ce que vous pouvez nous en dire plus ?

Non, pas plus. Il sait ce que j’en pense et il pense la même chose que moi.

Vous pensez que la proposition d’Henri Konan Bédié n’est pas pertinente, c’est cela ?

En tout cas elle n’est pas cohérente. Un Houphouétiste est quelqu’un qui est pour le dialogue, qui est pour la tolérance, qui fait de la politique économique libérale, sociale. Et là, une plateforme avec des partis de gauche et des partis marxistes, je ne sais pas à quoi cela correspond.

Est-ce que Henri Konan Bédié n’est pas en train d’essayer de fédérer tous les gens qui ne sont pas satisfaits de votre politique ?

Je pense que vous devriez poser cette question à monsieur Henri Konan Bédié. Moi, j’ai été élu en 2015 à 83% dans des élections transparentes et démocratiques. Donc il reste très peu de gens qui ne soient pas satisfaits de ma politique.

Henri Konan Bédié, c’est tout de même un ancien président. C’est tout de même le patron d’un parti puissant, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).

Ah bon ? (rires)

Vous ne pensez pas que les troupes soient nombreuses derrière Henri Konan Bédié ?

Le PDCI d’aujourd’hui n’est pas le PDCI d’hier.

Pensez-vous que les gens du PDCI, qui ont rejoint le RHDP, peuvent affaiblir le PDCI Bédié, c’est cela ?

Ce n’est pas mon intention, mais je constate qu’ils sont les plus nombreux : présidents de région, députés, maires, conseillers municipaux, conseillers régionaux, cadres, et j’en passe.

Donc votre pari, c’est cela. C’est que le RHDP unifié, qui a été créé il y a quelques jours, fin janvier, c’est qu’il garde l’esprit de l’alliance Ouattara-Bédié de 2005 ?

Mais bien évidemment. Nous avons été d’accord sur cela avec d’autres partis. Nous avons signé un accord politique. Nous sommes engagés sur un calendrier. Et c’est ce calendrier que je suis en train d’appliquer. Donc il n’y a pas de changement de cap en ce qui me concerne. Je pense que le temps fera son effet, on verra bien.

Dans l’opposition, certains parient sur l’usure du pouvoir et sur le fait qu’il y a des constats qui ne sont pas toujours positifs. On pense notamment au dernier rapport de l’Union européenne en juillet 2018 qui a dénoncé certaines mauvaises gouvernances…

Mais ce rapport par un groupe de gens, d’«experts» ne peut pas faire le meilleur rapport que le Fonds monétaire, la Banque mondiale, le gouvernement américain avec le MCC [Millenium challenge corporation], la Fondation Mo Ibrahim et ainsi de suite. C’était tout simplement du n’importe quoi. Et je l’ai dit à l’Union européenne.

Laurent Gbagbo acquitté par la Cour pénale internationale. Quand vous avez appris cette nouvelle, c’était il y a quelques semaines, comment avez-vous réagi ?

Aucune réaction de ma part. C’est un procès qui continue.

Sur le fond, il y a plus de 3 000 morts pendant la crise postélectorale.

Exactement. Quelqu’un doit bien être responsable de ces 3 000 morts. J’espère que la justice fera la lumière sur cela. C’est ce que les victimes demandent.

Est-ce que vous vous êtes dit, c’est un jugement injuste. Comment avez-vous réagi ?

Non, vous savez j’ai fait toute ma carrière à l’international. La Cour pénale internationale est une structure internationale. Je n’ai pas d’avis. Ils ont donné une décision, en première instance, je vous signale. Et maintenant, il y aura sans doute appel au niveau du procureur. Mais attendons de voir comment les choses vont se terminer.

Ce que beaucoup disent dans le Front populaire ivoirien (FPI), c’est qu’en fait la Cour pénale internationale a été instrumentalisée par la Côte d’Ivoire ?

Eh bien, dites donc, nous sommes vraiment puissants (rires). Mais au moins, ils reconnaissent que la Côte d’Ivoire est maintenant un pays puissant, moderne qui a des relations, mais interférer avec la justice internationale ou nationale, ce n’est pas comme ça que je gère mon pays.

Est-ce que de fait il n’y a pas eu des liens très forts entre le premier procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, Nicolas Sarkozy et vous-même et que cela a abouti à l’inculpation de Laurent Gbagbo, et qu’aujourd’hui, il y a des juges qui disent : finalement le dossier est difficile à prouver ?

Je ne le connaissais pratiquement pas. Je l’ai eu au téléphone une ou deux fois.

Moreno Ocampo ?

Moreno Ocampo. Je me suis même fâché une fois avec lui. Laissons la justice faire son travail. Ce serait plus simple. Et pensons aux victimes, à leurs proches. Pensons à ces 3 000 morts, ces 3 000 Ivoiriens qui ont quand même été massacrés. Nous, nous continuons nos enquêtes pour voir quels sont ceux qui sont responsables de ces crimes.

Et si demain, Laurent Gbagbo est acquitté également en appel, et s’il rentre en Côte d’Ivoire. Que va-t-il se passer ?

Si, si, si… C’est que des châteaux en Espagne. Attendons de voir.

Il a été condamné il y a un an dans une affaire de braquage de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), c’était par la justice ivoirienne. Est-ce qu’il risque d’être arrêté à son retour en Côte d’Ivoire, en pratique ?

La Côte d’Ivoire est un Etat de droit. On avisera à ce moment-là.

Et est-ce que des discussions peuvent être envisagées entre les autorités ivoiriennes et le FPI pour que le retour de Laurent Gbagbo se passe sans encombre ?

Pour le moment, il n’y a aucune discussion.

C’est trop tôt ?

Non, je n’ai pas été contacté par qui que ce soit. Mais je suis disponible pour discuter de toute chose concernant la Côte d’Ivoire et les Ivoiriens. Sans exclusivité je suis pour la paix, je suis pour que la Côte d’Ivoire continue dans la tranquillité, que les progrès importants que nous avons vus ces sept dernières années puissent se consolider dans tous les domaines économique, social, sur le plan de la gouvernance démocratique, etc.

Quand les amis de Laurent Gbagbo disent que si demain il rentre en Côte d’Ivoire, ce sera dans un esprit de réconciliation. Y croyez-vous ?

Mais je le souhaite. Ce serait une très bonne chose.

Même si demain, il se présente à la présidentielle de 2020 ?

Posez-lui la question.

2020, vous y pensez monsieur le président ?

Bien sûr que j’y pense. Il s’agit de l’avenir de mon pays. On a fait de bonnes élections en 2015, après les problèmes que nous avons vécus en 2010. Je souhaite que 2020 se passe comme en 2015.

Alors en 2015, vous étiez candidat.

Bien sûr.

Vous avez gagné dès le premier tour…

A 83%.

Est-ce que vous serez candidat en 2020 ?

On verra en 2020. Je répondrai à cette question.

Certains disent que, dans la Constitution ivoirienne, il n’est pas très clair de savoir si vous pouvez vous représenter ou pas ?

C’est très clair. Je peux me représenter si je le souhaite. C’est une nouvelle Constitution qui a touché non seulement à l’exécutif, avec un poste de vice-président, qui a touché au législatif avec la création d’un Sénat, qui a touché au judiciaire, avec la création de nombreuses cours plutôt que des chambres. C’est une toute nouvelle Constitution. Et tous les avis juridiques que j’ai consultés me confirment que si je veux être candidat en 2020, je peux l’être. Et ce serait conforme à la Constitution.

Est-ce qu’avec les opposants qui se multiplient, Konan Henri Bédié, peut-être Laurent Gbagbo, peut-être Guillaume Soro. Est-ce qu’il ne va pas falloir que ce soit vous le candidat du RHDP ?

Non, mais vous savez en réalité je donnerai ma réponse en 2020. Il y a beaucoup d’hypothèses que vous imaginez, mais il y a une recomposition politique qui se déroule en Côte d’Ivoire. En tant que démocrate, j’estime que c’est une excellente chose. Et je souhaite d’ailleurs qu’il y ait une clarification, que ceux d’entre nous qui sommes des libéraux sociaux, soyons d’un côté et les autres qui sont d’une autre tendance soient de l’autre côté. Et que les Ivoiriens aient un choix très clair de faire les choses en fonction des attentes de nos concitoyens. Une chose est certaine, j’ai un bilan qui est inattaquable. Cette année, une croissance moyenne par an de 8%, parmi les quatre pays du monde avec le plus fort de croissance ; un taux d’inflation de 1 à 2% quasiment jamais inégalé, pas seulement en Afrique, mais en Europe ; un déficit budgétaire autour de 3 à 4% ; une dette publique de moins de 40% du PIB. Et je pourrais continuer. Nous avons un bilan qui est remarquable. Et tout à l’heure d’ailleurs, le Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP) l’a confirmé. Nous sommes à 82% aujourd’hui de fourniture d’eau, de fourniture d’électricité, etc. C’est dans tous les secteurs qu’il y a eu des progrès ces 7 dernières années. Donc la Côte d’Ivoire va bien. La Côte d’Ivoire est en sécurité et nous avons reformé l’armée après les problèmes que nous avons vécus en 2017.

Une mutinerie…

C’est un pays qui est tenu, c’est une économie qui va. Et les taux de croissance continueront d’être entre 7 et 8 % sur les deux, trois, cinq prochaines années. Sans hésitation, je peux vous le dire et, quelle que soit l’évolution des taux de change, parce que nous avons une bonne politique macroéconomique, nous assurons que ce soit la base de l’attraction des investissements et de l’épargne nationale. Moi, je suis confiant quant à l’avenir de mon pays.

Et justement, pour défendre ce bilan, beaucoup disent aujourd’hui en Côte d’Ivoire, que comme il n’y a pas au RHDP de dauphins qui s’affirment vraiment en dessous de vous, le meilleur pour défendre le bilan en 2020, ce sera vous…

Non, cela n’est pas vrai. Je peux vous citer deux, trois, quatre noms, de jeunes de grande qualité…

Vous pouvez nous les citer ?

Non, je ne le ferai pas. J’ai quand même mon opinion. Mais nous avons une très bonne équipe avec des gens compétents. Et c’est pour cela, j’ai toujours insisté sur le transfert du pouvoir à une nouvelle génération. Mais le moment viendra pour cela.

Quand prendrez-vous votre décision pour 2020 ?


L’année prochaine.

Début 2020.

En 2020. Je crois que je peux prendre ma décision conformément à la Constitution fin juillet 2020, pour être plus précis. Puisque les élections auront lieu le 28 octobre 2020. Normalement, le dépôt de candidatures c’est 90 jours avant, c’est qui nous amène au 28 juillet 2020. Vous voyez que j’ai bien calculé tout ce qu’il faut.

Oui, mais si jamais vous voulez préparer un dauphin, il faudra le préparer avant le mois de juillet 2020 ?

Oui, le dauphin, on a vu dans d’autres pays que je ne nommerai pas, le dauphin a été nommé six semaines avant l’élection.
La vulnerabilite' de l'Afrique est aussi due au fait que de veritables chefs de gangs accedent a' la magistrature supreme en Europe.Ces derniers utilisent leurs armees pour attaquer nos pays comme des bandits attaquent une banque.


Avatar de l’utilisateur
Eve
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 5675
Inscription : juin 27, 13 2:18 pm

Re: L'autre se repand en auto -glorification

Message par Eve » févr. 12, 19 6:09 am

Abidjan – Dans une interview à Radio France Internationale (RFI), diffusée le lundi 11 février 2019, le Président ivoirien, Alassane Ouattara, a indiqué que la Côte d’Ivoire a enregistré de réels progrès socio-économiques au cours de ces dernières années et estimé que son bilan depuis 2011 est "inattaquable".

« Une chose est certaine, j’ai un bilan qui est inattaquable. Nous avons pour 2018, une croissance de l’ordre de 8%, classant la Côte d’Ivoire parmi les quatre pays du monde avec les plus forts taux de croissance. Nous avons aussi un taux d’inflation de 1 à 2%, une performance quasi inégalée ; pas seulement en Afrique, mais aussi en Europe. Le pays enregistre un déficit budgétaire autour de 3 à 4%, une dette publique de moins de 40% du PIB… Nous avons un bilan remarquable », a dit le Chef de l’Etat.

Pour Alassane Ouattara, ces progrès sont visibles dans tous les secteurs de l’économie et de la vie quotidienne des Ivoiriens. De même qu’ils sont salués tant par les Ivoiriens que par la communauté internationale. Et de citer les évaluations du Fonds Monétaire International (FMI), de la Banque mondiale, du Millenium Challenge Corporation (MCC) des Etats-Unis, de l’Indice Mo Ibrahim et du Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP). Des satisfécits émanant d’institutions crédibles et non d’"experts" aux jugements erronés et biaisés.

Parlant des progrès et performances de l’économie ivoirienne, Ouattara a ajouté : « Nous sommes à 82 % de taux de fourniture d’eau et d’électricité… C’est dans tous les secteurs qu’il y a eu des progrès ces sept dernières années. Donc, la Côte d’Ivoire va bien. La Côte d’Ivoire est en sécurité. Nous avons reformé l’armée après les problèmes que nous avons eus en 2017. C’est un pays qui est tenu… ».

Quant aux perspectives, le Président ivoirien est très optimiste : « C’est une économie qui va et les taux de croissance continueront d’être entre 7 et 8 % sur les deux, trois, voire cinq prochaines années. Sans hésitation, je peux vous le dire, quelle que soit l’évolution des taux de change, parce que nous avons une bonne politique macro-économique. Nous assurons que ce soit la base de l’attraction des investissements et de l’épargne nationale », a-t-il dit.

Et c'est vrai ! rien à voir avec votre Gourou et votre équipe de bras cassés :D :D


sam kehi,le Guere
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 9357
Inscription : avr. 25, 05 4:57 pm

Re: L'autre se repand en auto -glorification

Message par sam kehi,le Guere » févr. 12, 19 1:10 pm

@ Eve
Tu seras la prochaine victime du Sindouka apres Soro
La vulnerabilite' de l'Afrique est aussi due au fait que de veritables chefs de gangs accedent a' la magistrature supreme en Europe.Ces derniers utilisent leurs armees pour attaquer nos pays comme des bandits attaquent une banque.


Avatar de l’utilisateur
Beauté Nubienne
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 9806
Inscription : juil. 02, 09 8:20 am

Re: L'autre se repand en auto -glorification

Message par Beauté Nubienne » févr. 13, 19 12:48 pm

mossi dramane le bourkinabé a chassé son fils mossi de l'assemblée nationale IVOIRIENNE.... C'est entre eux association de malfaiteurs et génocidaires d'IVOIRIENS....... Bande d'usurpateurs et imposteurs.....
L'argent n'a pas d'odeur mais ça se sent quand on n'en a pas !


Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4227
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Re: L'autre se repand en auto -glorification

Message par webmaster » févr. 16, 19 5:08 am

Les différents propos du président Alassane Ouattara concernant la CPI continuent de susciter des commentaires. A en croire la correspondante de RFI à la Haye, le président Alassane Ouattara et Luis Moreno-Ocampo, ancien procureur de la CPI, se sont rencontrés plusieurs fois pour parler du dossier Laurent Gbagbo contrairement à ce que le premier avait laissé entendre sur la même chaîne, le lundi 11 février 2019.

Luis Moreno-Ocampo avait rencontré Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire en octobre 2011 quelques jours après avoir obtenu le feu vert des juges de la CPI pour conduire une enquête commis lors de la crise post-électorale de 2010. Puis deux semaines avant le terme de son mandat en juin 2012, Luis Moreno-Ocampo avait une nouvelle fois fait le voyage d’Abidjan pour faire ses adieux au chef de l’Etat.

A lire aussi : Ouattara rattrappé par ses propos d’hier : « Dès 2010, je transfère la Présidence à Yamoussoukro »

A sa rencontre publique s’ajoute au moins une rencontre secrète entre Luis Moreno-Ocampo et Alassane Ouattara le 26 novembre 2011. Comme le montre les échanges de courrier révélé par Médiapart, c’est la présidence ivoirienne qui avait sollicité le Procureur. La rencontre avait eu lieu à Paris en fin de matinée.

Elle s’est déroulée trois jours après l’émission d’arrêt sous scellé contre Laurent Gbagbo. La Côte d’Ivoire avait donc été déjà notifiée de l’existence de ce mandat mais il fallait alors organiser le transfèrement de Laurent Gbagbo à la Haye. Ce qui sera fait quatre jours après la rencontre Alassane Ouattara et Luis Moreno-Ocampo.
Propos retranscrits par Karina Fofana (Source RFI)

« Je ne connaissais pratiquement pas Ocampo, je l’ai eu au téléphone 2 fois » : Ouattara en flagrant délit de Fake News ?
Image
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.


Atipadipa
Senior
Senior
Messages : 428
Inscription : mars 19, 10 1:43 am

Re: L'autre se repand en auto -glorification

Message par Atipadipa » févr. 16, 19 8:08 pm

Ouattara est trés impressionant, franchement ce type est bon. Pour ceux qui l'ignorent mentir est une qualité trés importante en occident, un signe de de haute intelligence il parait. En occident les menteurs s'en sortent le mieux et il n'y a aucun probleme.


sam kehi,le Guere
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 9357
Inscription : avr. 25, 05 4:57 pm

Re: L'autre se repand en auto -glorification

Message par sam kehi,le Guere » févr. 16, 19 9:12 pm

Soro qui n'a eu aucun probleme de conscience au moment ou' les mercenaires de la CEDEAO tournaient la Cote d'Ivoire sens dessus dessous n'hesitera pas a' decapiter qui que ce soit ( ouattara ou oposant a' Ouattara ) pour arriver a' ses propres fins.
Le type se decouvre une destinee nationale, il croit en cela et se voit deja president, assis dans le fauteuil de celui qu'il pretendait servir hier.
Entre lui et son ancien boss c'est donc une lutte sans merci pour le pouvoir. Si Ouattara le descend, quoi de plus normal.
Regardez comment il fait aujourd'hui du tapage partout pour chercher a' rencontrer Gbagbo apres tout ce qu'il a fait de monstrueux a' ce dernier.
La vulnerabilite' de l'Afrique est aussi due au fait que de veritables chefs de gangs accedent a' la magistrature supreme en Europe.Ces derniers utilisent leurs armees pour attaquer nos pays comme des bandits attaquent une banque.


Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4227
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Re: L'autre se repand en auto -glorification

Message par webmaster » févr. 17, 19 1:57 pm

Eve, vos anciens amis vous traitent de fous. lol lol

youtu.be/lW8vblKrcGQ
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.


Tebilly
Junior
Junior
Messages : 37
Inscription : nov. 27, 10 9:34 pm

Re: L'autre se repand en auto -glorification

Message par Tebilly » févr. 19, 19 1:13 pm

Bandes d'assassins. Pour vous la, on devrait pas laisser a Dieu.


Répondre