Empoisonnement de Ouassenan

Les grands debats continus
Répondre
Nouveau sujet
sam kehi,le Guere
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 9216
Inscription : avr. 25, 05 4:57 pm

Empoisonnement de Ouassenan

Message par sam kehi,le Guere » déc. 01, 18 5:27 pm

Empoisonner un vieux general d'environ 80 ans , a' la retraite de surcroit. Voila ce que nous a produit la rebellion.
Jeune Afrique
Politique


Côte d’Ivoire : l’empoissonnement présumé de Gaston Ouassénan Koné alimente la psychose

30 novembre 2018 à 17h15 | Par André Silver Konan - à Abidjan
Mis à jour le 30 novembre 2018 à 17h47


Le général à la retraite Gaston Ouassénan Koné, 79 ans, vice-président du PDCI et proche d’Henri Konan Bédié, affirme avoir été victime d’un empoisonnement. Si les circonstances restent encore floues, l'affaire provoque la psychose dans les rangs des opposants.

« Les gens ne veulent pas qu’on le dise, mais j’ai été empoisonné ». Jusque-là, Gaston Ouassénan Koné, et le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), dont il est vice-président, entretenait le flou sur le mal dont il a été frappé, qui a nécessité une évacuation sanitaire en France, début octobre.

Obsèques à Korhogo

Mercredi 28 novembre, quelques jours après son retour au pays, l’ex-ministre de la Sécurité de Bédié a affirmé à un groupe de cadres du PDCI qu’il recevait chez lui avoir été victime d’un empoisonnement, sans toutefois donner de précisions quant à la nature du poison. Et moins encore sur les circonstances de l’empoisonnement présumé.

Les faits remonteraient au samedi 22 septembre. Ce jour-là, le général représente son vieil ami Bédié aux obsèques de Ténéna Victor Yéo, ancien maire de Korhogo (Nord), ville natale du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Tout le gotha natif du Nord, du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, mouvance présidentielle) est présent.

Après la levée du corps, qui avait eu lieu la veille sur le parvis de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste-de-Korhogo, une veillée funèbre suivie de l’inhumation et d’une collation ont lieu à Lavononkaha, le village du défunt, situé à 31 km de Korhogo. Ce serait à l’une de ces étapes que Gaston Ouassénan Koné aurait été empoisonné. L’affaire n’a été ébruitée dans la presse qu’en octobre, après des rumeurs persistantes.

Rumeurs et psychoses

Et « l’affaire Ouassénan » n’est pas la seule à avoir alimenté ces rumeurs. Une autre continue de circuler, portant cette fois sur une supposée tentative d’empoisonnement d’Henri Konan Bédié, alors qu’il se trouvait à son domicile de Daoukro (centre). Le coupable désigné serait, en fonction des versions, une familière ou un cuisinier… « Faux ! », dément fermement une proche de l’ancien chef d’État.

Autre leader politique, autre rumeur. Mais confirmée, cette fois : Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale, en rupture de ban avec son parti, le Rassemblement des républicains (RDR d’Alassane Ouattara), se montre de plus en plus prudent en public. « Il ne mange presque plus en dehors de son cadre familial », confie même l’un de ses proches.

Cette psychose est telle que certains proches d’opposants récemment disparus se mettent à douter. Moïse Lida Kouassi, baron du Front populaire ivoirien (FPI, de Laurent Gbagbo) avait ainsi réclamé une autopsie, après la mort brutale, le 21 octobre 2018, de Marcel Gossio, ex-directeur général du Port autonome d’Abidjan. Un ponte du FPI également proche de Pascal Affi N’Guessan, président du FPI.

Mais il semble que la psychose n’est pas que dans le seul camp de l’opposition. Certains barons du pouvoir ont, eux aussi, limité leurs déjeuners en public. Le vice-président Daniel Kablan Duncan, par exemple, a pris l’habitude lors des assemblées publiques de ne boire que de l’eau stockée dans son véhicule, que lui sert son aide de camp dans son propre verre…
https://www.jeuneafrique.com/675299/pol ... -psychose/


Ouassénan crache ses vérités : « J’ai été bel et bien empoisonné à Korhogo
Publié le Jeudi 29 Novembre 2018.
IvoireBusiness.net

Dans une déclaration filmée par PDCI 24, la Web TV du PDCI-RDA, le Général Gaston Ouassénan Koné, vice-président de ce parti, revient sur les circonstances de son empoisonnement. Ci-dessous sa déclaration face à des cadres du PDCI.

Je vais vous expliquer ce petit passage. Lorsque, malheureusement, j’ai été empoisonné, parce que les gens ne veulent pas qu’on le dise, mais j’ai été empoisonné. Quand ça s’est passé, j’ai quitté la région là-bas (Région du Poro, précisément à Korhogo) et je rentrais. J’ai appelé mon épouse pour la prévenir. Comme elle est du corps médical, elle m’a indiqué des médicaments à faire acheter et à boire.

Je ne savais pas exactement ce que j’avais mais, toujours est-il que je lui ai dit ce que je ressentais comme mal et elle m’a fait acheter des médicaments. Je venais et le mal ne faisait que s’intensifier. Je devrais aller pour le Bureau politique de Daoukro. Elle m’a dit non, tu ne pourras pas tel que tu décris ton mal, il vaut mieux que tu rentres. Elle est partie d’ici avec mon fils aîné que certains connaissent, le colonel (Jean Hubert Ouassénan).

« DONC C’EST CE PIERRE-LÀ QUI ÉTAIT EN MISSION PRIVÉE, QUI EST UN AMI DE MON FILS, QUI A ACCEPTÉ DE ME TRANSPORTER PAR HÉLICOPTÈRE. ALORS QUAND LES GENS DISENT QU’ILS ONT ENVOYÉ UN HÉLICOPTÈRE, JE DIS CE N’EST PAS VRAI »

Arrivés à N’Zianouan, ils ont dit, il vaut mieux qu’on demande si on peut l’évacuer par hélicoptère. Mon fils a appelé un de ses amis, un certain Pierre, un Français et lui a demandé « Tu es où ? ». Il a dit « Je suis à Bouaké ». Il a demandé « Est-ce que tu y es avec ton hélicoptère ? » Il a répondu oui. Il a dit « J’ai mon père se sent mal, il est au village, est-ce que tu peux le faire venir ? » et son ami a dit qu’il n’y avait pas de problème. Donc c’est ce Pierre-là qui était en mission privée, qui est un ami de mon fils, qui a accepté de me transporter par hélicoptère. Alors quand les gens disent qu’ils ont envoyé un hélicoptère, je dis ce n’est pas vrai.

Donc il m’a pris, il a atterri à l’Ecole de police, de l’Ecole de police, on m’a conduit à la Pisam pour des traitements. Les médecins, entre eux-mêmes, n’étaient pas d’accord sur le traitement auquel ils devraient me soumettre. Certains disaient qu’il fallait qu’on m’opère, d’autres disaient (…), certains disaient, c’est un abdomen chirurgical, d’autres disaient c’est un abdomen médical. Vous n’avez même pas fait un diagnostic et vous voulez m’ouvrir. Toujours est-il que dans la discussion, j’ai un de mes enfants qui est aussi médecin, voyant que je devenais gris, alors il a dit non, il ne faut pas que papa reste ici. Il faudrait qu’on l’évacue sinon ça risque de se passer mal.

« J’ai été évacué grâce à l’aide du président Bédié et de mes enfants »
Le président Bédié a appelé et il a donné 10 millions pour mon évacuation. Mes enfants se sont cotisés et ont obtenu 15 millions et donc ça faisait 25 millions. Avec ces 25 millions, les dispositions ont été prises pour que je sois évacué. Voilà donc comment les choses se sont passées. La Présidence, après, est venue, par le canal de Dr Diaby. Ils disaient qu’ils vont faire mes dossiers pour m’évacuer le lundi. Or on était jeudi, vendredi, samedi, dimanche, et lundi, vous voyez, du gris, je pouvais devenir vert. Donc j’ai été évacué grâce à l’aide du président Bédié et de mes enfants.

Une fois arrivé là-bas, le président Bédié a fait prévenir sa nièce qui est en même temps amie à mon épouse. Et elle venait régulièrement me voir. Elle est aussi docteur en médecine, donc elle aussi suivait mon état. Avant cela, quand je devais être évacué, le président Bédié a demandé à son médecin personnel, Chatigre, de m’accompagner et Chatigre était assisté d’un autre médecin, Brou. Ce sont eux qui m’ont accompagné avec, bien sûr, mon fils qui est médecin. Arrivé là-bas, ils se sont occupés de mes conditions de séjour. Et pendant mon séjour, il n’y a pas eu un jour où le président Bédié n’a pas appelé pour s’enquérir de mes nouvelles. Chaque jour, il a appelé. Et quand les médecins là-bas ont vu que ça allait, ils m’ont libéré et m’ont donné rendez-vous dans quinze jours.

J’ai été hébergé par la nièce du président Bédié. Certains la connaissent, c’est Mme Ayé Tanon Laure. J’étais chez elle et chaque jour, le président Bédié appelait pour avoir de mes nouvelles jusqu’à ce que je revienne. Je suis revenu, avec tout ce que je viens de vous dire… A l’aéroport, je ne savais pas qu’il y aurait un accueil, mais comme j’avais dit au président que je revenais, il a donné des instructions au secrétaire exécutif en chef et il a prévenu un certain nombre de militants, de cadres des instances. Ils étaient nombreux à l’aéroport. Ils m’ont accueilli. Donc m’adressant à eux, dans le cadre du PDCI, je ne pouvais que remercier le président de mon parti qui s’est occupé de moi. Il a tout fait et comme je l’ai dit, il m’appelait chaque jour. Et j’étais logé chez sa nièce.

A ma grande surprise, les gens disent que je suis ingrat. On remercie quelqu’un pour ce qu’il a fait. C’est normal que je le remercie. Les gens sont fâchés. Ça ne fait rien, la vie est ainsi faite. Ce que je vous dis ce soir ne peut être que dans le cadre de notre parti.. Voilà la situation, vous savez, je suis un vieux militaire, on en a vu de toutes les couleurs pour arriver à cet âge-là. Je considère que les gens peuvent raconter ce qu’ils veulent, ce n’est pas grave. En tout cas, ce que je peux dire, c’est que Dieu a mis sa main dans cette affaire pour que je puisse revenir. Je suis revenu, rendons gloire à Dieu. Dites merci à Dieu pour ce qu’il a fait pour moi.

Retranscrit par Elvire Ahonon
https://ivoirebusiness.net/articles/oua ... race-bedie
La vulnerabilite' de l'Afrique est aussi due au fait que de veritables chefs de gangs accedent a' la magistrature supreme en Europe.Ces derniers utilisent leurs armees pour attaquer nos pays comme des bandits attaquent une banque.


Répondre