1-- Mariatou Koné, directrice du cabinet de la Ministre de la Solidarité du regime Ouattara: "Le charnier de Youpougon etait un montage". |
Rafraichir la liste des Recentes Discussions sur ABIDJANTALK FORUM
Affi a' Bruxelles pour rencon…    by Akwaaaaaa 23 Mar 2019, 4:51
Abidjan parmi les dernieres v…    by sam kehi,le… 22 Mar 2019, 17:18
Soro et le Coup d'Etat au Bur…    by Eve 22 Mar 2019, 11:15
Mangou l'Avatar    by Akwaaaaaa 18 Mar 2019, 11:28
Le Rwanda se porte mieux    by webmaster 16 Mar 2019, 20:48
Duékoué:enlevement et de tort…    by Eve 13 Mar 2019, 19:51
Ouattara n'as pas confiance e…    by webmaster 12 Mar 2019, 3:59
Disparition de Bernard Dadié,…    by Beauté Nubi… 10 Mar 2019, 20:22
L'escroquerie du Franc CFA    by webmaster 9 Mar 2019, 18:19
Quand un arbre refuse de tomb…    by webmaster 5 Mar 2019, 16:43
Ils veulent maintenant casser…    by webmaster 5 Mar 2019, 16:39
Racisme: Les soroistes veulen…    by Beauté Nubi… 5 Mar 2019, 8:27
... autres recents topics

Mali: le pays et les Hommes

A la Decouverte de l'Afrique - Peuple et Paysage.
Gbapleu
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 6210
Inscription : mars 23, 06 5:49 pm

Message par Gbapleu » août 19, 10 7:48 am

Enfantin , simplement enfantin , je prefère ne plus te lire ni échanger avec toi , tu as le niveau d'un collegien . Aurevoir .
A qui voudrais-tu te confronter ? A quel pays du monde veux-tu comparer le mali ? Quel est le rang de ce pays sur cette terre ? On parle des pays , toi tu parles d'un quartier d'Afrique appelé Mali . Mais on fait quoi avec le Mali ?
N'oblige pas les gens à devenir violents . Gbap.
UN HOMME QUI A PEUR N'EST PAS UN HOMME LIBRE !Gbap.


Youzan
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 1975
Inscription : févr. 26, 10 8:19 pm

Message par Youzan » août 19, 10 8:40 am

C'est bien ca, pleins de projets qui montre le dynamisme de ce pays !

mais concernant cette histoire de taxi.....8000 frcs CFA par jr pdt 4 ans pr etre proprietaire de taxi ?
si je compte bien, on arrive a la somme de 11millions 520 mille FCFA !!!
C'est quoi comme voiture ?


Youzan
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 1975
Inscription : févr. 26, 10 8:19 pm

Message par Youzan » août 19, 10 9:10 am

Maigus a ecrit:

un plan d’action 2008 - 2012 dont l’objectif est d’atteindre le cap des 10 millions de tonnes de céréales par an à l’horizon 2012. Pour y arriver, le département d’Agatham présente chaque année un plan de campagne agricole dans lequel il se fixe des objectifs. Fidèle à cette tradition, il a présenté celui de 2009-2010 aux journalistes qui se fixe comme objectif d’atteindre une production de 5 600 000 tonnes de céréales contre 4 580 000 tonnes lors de la campagne 2008-2009. Tout cela, avec un coût global de 239 435 711 571 F CFA. Trois céréales, à savoir : le riz, le maïs et le blé

Tres belle initiative ... on voit que vs vs bougez pr ameliorer l'IDH des maliens ( 80% de la pop vit de l'agriculture tt de meme) et aussi assurer votre autosuffisance...
Je ne vois pas si les objectifs de 2008 ou 2007 ont ete atteints... bref passons.
J'aurais deux questions par contre:  ne crois tu pas que le manque d’infrastructures en milieu rural, et les grosses variations climatiques peuvent etre un  violent frein a tt ceci ?
Je n'ai vu aucune mesures s'attaquant a ca...
De plus, ce grand pays n'a que 10% de terres arables et irriguees seulemt a 30%... veritable challenge !
Et que penses tu des differents PAS (notamment sur le volet ouverture du marche local aux importations des pays developpes)  dt l'application risque de reduire a neant tt ces efforts ....http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cono ... ed_op#span class="cite_crochet">




lucide
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 3793
Inscription : mai 01, 08 4:44 pm

Message par lucide » août 19, 10 9:22 am

Reponse à Youzan:

J'ai vite fait le même calcul . Même si on parle de voiture neuve en rajoutant le cout du credit car c'est une forme de credit et surement le coût de la gestion du "partenariat" sans connaitre le type de voiture cela semble chèr pour un warène. Frangin Maigus stp c'est quoi comme voiture.

Mais au-dela de cet aspect mathematique je pense que ce n'est pas mal comme operation si les choses se passent comme l'article l'indique :
  • en 4 ans être proprietaire d'un taxi par un chauffeur quand nous savions comment souvent ces gas sont exploités avec des salaires miserables
  • être proprietaire = autonomie aussi sur d'autres plans
Si les choses se passent bien c'est une experience à essayer dans d'autres pays vue que l'Etat se porte caution avec le problème d'accès aux credits dans nos pays c'est cool.

Dans tous ces articles un autre a retenu mon attention c'est la chance de première experience professionnelle donnée aux jeunes je trouve cette idée geniale mais affaire de gratuité du job on peut leur payer le taxi quand même. Voici un autre problème de nos Etats on ne profite pas assez des experiences les uns à côté des autres je dis bien assez car les echanges existent.
Avec la decentralisation au pays voici un creneau à exploiter pour utiliser des matières premières brutes de jeunes diplomés avec toute une perspective d'insertion derrière.

Le frère Maigus tu est faché dèèèè , tellement les gas te "teché" dans affaire au  Mali ya rien tu as sorti les dossiers en Beton lol lol lol
C'est bien le Mali en chantier mais les choses iraient mieux pour nos pays si on convergeait nos synergies regionales mais l'espoir est permis car nous representions la generation "YES WE, AFRIK CAN"


On est ensemble

 
‘’C’est un leader politique heureux qui retrouve son pays. Quelques fois, il y a des coups d’Etat salutaires’’, Koudou Laurent Gbagbo à sa descente d'avion à Bouaké sur RFI en 1999


lucide
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 3793
Inscription : mai 01, 08 4:44 pm

Message par lucide » août 19, 10 9:34 am

 Reponse à Youzan:

Violente question ma Soeur :
Et que penses tu des differents PAS (notamment sur le volet ouverture du marche local aux importations des pays developpes)  dt l'application risque de reduire a neant tt ces efforts
....http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cono ... ed_op#span class="cite_crochet">

Cette ouverture qui rentre dans le cadre de l'accord de partenriat UE-ACP reste un veritable problème et une contradiction. Ils veulent nous "aider" mais l'economie locale est plombée même si on nous sort les histoires de régime préférentiel et autre , les analyses ont prouvé que les pays de l'amerique latine par exemple structurellement beneficient plus de leur partenariat avec l'UE que la zone ACP car cette dernière zone n'est pas prête pour faire face à ce partenariat qui est un peu dupe.

Merci à Toi la Soeur de mettre les echanges à ce niveau et c'est là les challenges qui nous attendent.

On est ensemble
 
‘’C’est un leader politique heureux qui retrouve son pays. Quelques fois, il y a des coups d’Etat salutaires’’, Koudou Laurent Gbagbo à sa descente d'avion à Bouaké sur RFI en 1999


Gbapleu
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 6210
Inscription : mars 23, 06 5:49 pm

Message par Gbapleu » août 19, 10 10:19 am

Reponse à Youzan:
 
mais concernant cette histoire de taxi.....8000 frcs CFA par jr pdt 4 ans pr etre proprietaire de taxi ?
si je compte bien, on arrive a la somme de 11millions 520 mille FCFA !!!
C'est quoi comme voiture ?
8.000 fcfa x 365 jours = 2.920.000 fcfa . Avec ce montant , un Abidjanais s'achete deux Warèns ! Même trois (3).Maintenant dans le cas d'espèce Maïga , nous apprend que pour devenir proprio , il faut payer ce montant pendant quattre (4) années , et rappellez-vous , que nous sommes au Mali . C'est ici que l'histoire de Maïgus , ne tient plus debout , car c'est un vol. Dans la ville de Bamako , la plus grande du Mali , et là où on peut parler d'affaires , donc de clients qui empruntent les taxis , pendant ce mois de ramadan , toute activité productive est inexistante . La ville est comme sous couvre-feu . Je sais de quoi je parle . En dehors de ce facteur combien sont les kilomètres de routes parcourables en taxis à Bamako et combien de clients empruntent ces taxis par jour pour qu'un seul chauffeur de taxi puissent payer à son créditeur 8.000fcfa , par jour ? au fait quelle est sa recette journalière ce taximan ? Gbap.
UN HOMME QUI A PEUR N'EST PAS UN HOMME LIBRE !Gbap.


Avatar de l’utilisateur
Maigus
Son Excellence
Son Excellence
Messages : 1502
Inscription : août 30, 06 3:46 pm

Message par Maigus » août 19, 10 10:35 am

lucide a écrit :Reponse à Youzan:

J'ai vite fait le même calcul . Même si on parle de voiture neuve en rajoutant le cout du credit car c'est une forme de credit et surement le coût de la gestion du "partenariat" sans connaitre le type de voiture cela semble chèr pour un warène. Frangin Maigus stp c'est quoi comme voiture.

Mais au-dela de cet aspect mathematique je pense que ce n'est pas mal comme operation si les choses se passent comme l'article l'indique :
  • en 4 ans être proprietaire d'un taxi par un chauffeur quand nous savions comment souvent ces gas sont exploités avec des salaires miserables
  • être proprietaire = autonomie aussi sur d'autres plans
  • Si les choses se passent bien c'est une experience à essayer dans d'autres pays vue que l'Etat se porte caution avec le problème d'accès aux credits dans nos pays c'est cool.

    Dans tous ces articles un autre a retenu mon attention c'est la chance de première experience professionnelle donnée aux jeunes je trouve cette idée geniale mais affaire de gratuité du job on peut leur payer le taxi quand même. Voici un autre problème de nos Etats on ne profite pas assez des experiences les uns à côté des autres je dis bien assez car les echanges existent.Avec la decentralisation au pays voici un creneau à exploiter pour utiliser des matières premières brutes de jeunes diplomés avec toute une perspective d'insertion derrière.

    Le frère Maigus tu est faché dèèèè , tellement les gas te "teché" dans affaire au  Mali ya rien tu as sorti les dossiers en Beton lol lol lol
    C'est bien le Mali en chantier mais les choses iraient mieux pour nos pays si on convergeait nos synergies regionales mais l'espoir est permis car nous representions la generation "YES WE, AFRIK CAN"


    On est ensemble

     
     Lucide , Tous les jeunes apprentis sont payés et selon leur niveau de diplome et en ce qui concerne les Taxis , dites à nos mathematiciens qu'un taxi peut gagner plus de 20000 Fcfa par jour à Bamako et qu'ils sortent leur calculatrice pour nous dire combien gagne ces braves taximans comme benefs pendant les 4 piges et sans la gratuité du Taxi  MA SALAMMM


    Avatar de l’utilisateur
    Maigus
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 1502
    Inscription : août 30, 06 3:46 pm

    Message par Maigus » août 19, 10 10:46 am

    Corridor Bamako-Dakar par le sud



    Le tronçon Sékokoto-Bafing et le pont du Balé sont terminés. Les travaux de l'axe Bafing-Keniéba-Falémé et du pont de Falémé avancent à un rythme satisfaisant.
    Lancés en décembre 2008 par le président Amadou Toumani Touré, les travaux de construction du tronçon Bafing-Keniéba-Falémé de la route Bamako-Dakar par le sud avancent à bonne allure. Le ministre de l'Équipement et des Transports, Hamed Diane Semega, accompagné du Directeur national des routes, Issa Hassimi Diallo, en a fait le constat le week-end dernier au cours d'une visite sur le chantier. Bafing-Keniéba-Falémé est le deuxième lot du corridor Bamako-port de Dakar par le sud. Sa construction participe du désenclavement du pays et de la diversification des voies d'accès aux ports de la sous-région. La route permettra, non seulement, de désenclaver le cercle de Kéniéba mais également de relier Bamako au port de Dakar. Un autre avantage est que cette route va offrir un raccourci de plus de 200 km par rapport au corridor Bamako-Kayes-Dakar. La réalisation du corridor Bamako-Dakar par le sud traduit aussi la volonté des pays de la sous-région de construire des infrastructures routières sous-régionales de bon niveau de service en vue de renforcer l'intégration économique, promouvoir les activités socio-économiques et améliorer le cadre de vie des populations. Les travaux de construction des 156 km du tronçon Bafing-Falémé sont exécutés par l'entreprise chinoise Covec-Mali. Actuellement plus de 250 ingénieurs et manœuvres travaillent sur le chantier. Le débroussaillage est terminé sur environ 100 km et les terrassements sur environ 70 km. Cependant un léger retard est enregistré sur le chronogramme d'exécution du chantier. Ce contretemps est dû en partie aux fortes pluies de l'hivernage dernier ainsi qu'à la nature difficile de la zone du chantier : La route serpente sur une grande partie de la chaîne de montagne "le Tambaoura". En dépit de ces obstacles, l'entreprise Covec-Mali assure qu'elle rattrapera son retard et finira le chantier dans le délai contractuel en mai 2011. Notons que la construction de la voie Bafing-Falémé va coûter 25,5 milliards Fcfa. Les travaux vont durer 30 mois. Le tronçon Sékokoto-Bafing du même corridor a aussi été inspecté par le ministre Hamed Diane Semega. Le bitumage de ce tronçon de 70 km est quasiment terminé. L'entreprise Razel est en train de procéder aux derniers réglages. La route Sékokoto-Bafing, quant à elle, va coûter 1,6 milliard Fcfa. Le ministre a également visité les ponts de Balé et de la Falémé. Ces deux ouvrages, construit dans le cadre de la coopération Mali-Japon, sont des moyens de franchissement de l'affluent le Balé et de la rivière Falémé sur le corridor Bamako-Dakar par le sud. Les travaux du pont de Balé ont commencé en avril 2009. Ils doivent durer 18 mois et coûter 4,5 milliards de Fcfa. La construction du pont de Balé est terminée et l'équipe d'ingénieurs de l'entreprise japonaise Dai-Nippon construction (DNC) s'est redéployée sur le pont de la Falémé dont les travaux ont commencé. Le ministre de l'Équipement et des Transports, Hamed Diane Semega, a confirmé l'intérêt que le gouvernement accordait à ces chantiers qui participent de la dynamique enclenchée par notre pays pour combattre la pauvreté à travers la réalisation d'infrastructures d'accès au marché international et aux services sociaux de base. Le ministre Semega a ensuite emprunté la route Kayes-Kéniéba longue d'environ 250 km pour se rendre à Kéniéba et mesurer son état déplorable. Le ministre a promis que son département s'emploierait à rendre praticable en toute saison, cette voie vitale pour notre économie.






    Rédacteur(s): Baye Coulibaly

    MA SALAMMM



    Avatar de l’utilisateur
    Maigus
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 1502
    Inscription : août 30, 06 3:46 pm

    Message par Maigus » août 19, 10 10:51 am

    http://www.afrik.com/article10299.html


    MA">http://www.afrik.com/article10299.html" ... R SALAMMM
    Dernière modification par Maigus le août 19, 10 10:51 am, modifié 1 fois.


    Avatar de l’utilisateur
    Maigus
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 1502
    Inscription : août 30, 06 3:46 pm

    Message par Maigus » août 19, 10 10:57 am

    Ministère de l`Agriculture: La Direction Nationale a pied d`œuvre pour la mise en œuvre du plan de la campagne agricole 2010-2011


    Le Directeur national de l`agriculture, Daniel Siméon Kelema, nous a accordé un entretien sur le déroulement de la campagne agricole 2010-2011. Il nous parle, ici, des objectifs de la campagne, les dispositions prises, les états des cultures, l`appui de l`Etat aux producteurs, le taux de placement des engrais et la situation phytosanitaire. Selon lui, au regard de la disponibilité des intrants agricoles auprès des producteurs, de la régularité des pluies, du niveau de la crue et de celui de l`évolution des emblavures et de la situation phytosanitaire calme, la campagne agricole augure de bonnes perspectives.



    Selon le Directeur national de l`agriculture, Daniel Siméon Kelema, les objectifs de superficies et de production attendus au terme de la campagne agricole 2010/2011 pour les principales cultures sont très ambitieux. S`agissant des céréales, 4.343.816 ha, dont 809.500 ha (saison : 791.200 ha et contre saison : 18 300 ha) seront exploités.

    Il est attendu sur cette superficie une production totale de 7.417.469 tonnes, dont 2.268.054 tonnes de riz.. A le croire, la relance du secteur coton est en marche. Avec 360 000 ha, il est attendu une production de 360 000 tonnes au terme de la campagne.
    Des dispositions concrètes ont été prises pour l`atteinte des objectifs fixés, à travers l`élaboration d`un plan de mise en œuvre de la dite campagne agricole comprenant plusieurs axes. A savoir, la conception et la validation des outils de suivi ; l`élaboration et la diffusion du schéma d`approvisionnement en engrais en rapport avec les opérateurs économiques fournisseurs d`intrants agricoles et la profession agricole ; l`amélioration et la validation de la caution technique pour l`obtention des engrais et semences subventionnés; la tenue de la bourse des semences en mai 2010. A ces dispositions s`ajoutent la subvention à 50% des semences NERICA, sorgho, niébé et blé ; la subvention des engrais urée DAP et NPK pour le riz, le maïs et le blé ; complexe coton, urée, nitrophosphate pour le système coton, le renforcement du personnel d`appui conseil par le recrutement de 100 agents et les activités de supervision et de communication.

    Le Directeur national rassure que les états des cultures sont satisfaits à la date du 30 juillet 2010. A le croire, les niveaux de réalisation des céréales sèches (mil, sorgho, maïs, fonio) sont de 73 %. Le niveau de réalisation du riz est de 35,42%. Quant au coton, il est de 83%." La mise en œuvre se poursuit pour les céréales en fonction des systèmes des cultures et de leur cycle végétatif. Concernant le coton nous avons atteint la dite limite des emblavures", a-t-il déclaré. Se référant aux stades dominants des états végétatifs, Daniel Siméon Kelema précise que le maïs est au stade de levée - montaison. Le riz et le sorgho sont au stade de levée. Quant au mil, il est au niveau de levée et de tallage, selon les localités. L`arachide et le coton sont au stade de levée - début ramification.

    Le Directeur national de l`agriculture indique que l`Etat a consenti beaucoup d`efforts pour l`atteinte des objectifs de la campagne agricole 2010/2011.
    " L`appui de l`Etat pour l`atteinte de ces objectifs porte, entre autres, sur la prévision de la subvention des semences et engrais à hauteur de 21 906 748 310 FCFA ; la prévision de recruter 100 agents de base pour un d`appui conseil rapproché et la facilitation de l`accès au crédit équipement pour la production et la post -récolte. A ces appuis s`ajoutent la création du fonds de développement agricole dans le cadre de la mise en œuvre de la Loi d`orientation agricole, l`aménagement et la mise en valeur de nouveaux sites pour la riziculture (18 834 ha en maîtrise totale de l`eau et 630 ha en maîtrise partielle), le programme de pluies provoquées et la mise en place d`un dispositif de veille pour la protection des cultures contre les nuisibles ", a-t-il affirmé.

    Selon Daniel Siméon Kelema, le taux de placement des engrais auprès des producteurs est de 48,26 % au 25 juillet 2010.
    " La situation phytosanitaire est calme dans l`ensemble. Toutefois, la présence de nuisibles est signalée dans plusieurs localités, sans incidence majeure sur les cultures ", rassure-t-il.
    Il est convaincu qu` " au regard de la disponibilité des intrants agricoles auprès des producteurs, de la régularité des pluies, du niveau de la crue et de celui de l`évolution des emblavures et de la situation phytosanitaire calme, la campagne agricole augure de bonnes perspectives ".

    Source Indépendant


    MA SALAMMM


    Avatar de l’utilisateur
    Okamolimoli
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 3426
    Inscription : nov. 12, 09 9:12 am

    Message par Okamolimoli » août 19, 10 11:01 am

    Reponse à Son Excellence Maigus:
     
    Je vous encourage dans vos efforts et faites assez de promotion autour de cela, ça aidera la Civ


    Youzan
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 1975
    Inscription : févr. 26, 10 8:19 pm

    Message par Youzan » août 19, 10 11:07 am

    Maigus, tu ne reponds pas a mes questions.... je vais me facher heinnn LOL


    Avatar de l’utilisateur
    Maigus
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 1502
    Inscription : août 30, 06 3:46 pm

    Message par Maigus » août 19, 10 11:11 am

    Pluies provoquées
    Le Mali s’offre deux nouveaux avions pour plus de 7 milliards de FCFA



    C'est tout souriant que des membres du gouvernement ont procédé hier à l'aéroport de Bamako- Sénou à la réception de deux nouveaux avions au compte du programme pluies provoquées. Il s'agit des ministres de l'Equipement et des transports, Ahmed Diane Séméga, de l'Agriculture, Agathane Ag Alassane, de l'Administration territoriale et des collectivités locales, le général Kafougouna Koné et de la Communication et des nouvelles technologies, Diarra Mariam Flantié Diallo.

    L'un montant global de sept milliards quatre cent soixante treize millions deux cent cinquante neuf mille huit cent vingt sept FCFA (7.473.259.827 FCFA) toutes taxes confondues, ces deux avions viennent réduire l'impact des déficits pluviométriques sur les productions agricole et hydro-électrique.


    Démarré en 2006 avec un seul avion, au demeurant sur location, dans les grandes zones de production comme Macina, Niono, San, Bla, Tominian, Ségou, Banamba et Djenné, le programme s'est vite étendu au reste du pays à partir de 2007. Un deuxième avion, également sur location, est venu combler le déficit laissé par le premier.

    Au regard des résultats satisfaisants obtenus de 2006 à 2008 et pour renforcer les capacités d'intervention aériennes du Programme et éviter les retards de démarrage en début de la saison des pluies liés aux procédures de location, le gouvernement du Mali a lancé un appel d'offres international, ouvert le 14 juillet 2008, pour la fourniture de deux avions.


    Avec une expérience de plus de 45 années dans l'ensemencement des nuages et la recherche atmosphérique, c'est le groupement de sociétés Malian Aero Company (M.A.C SARL) et Weather Modifications Incorporated (W.M.I) qui a enlevé le marché.

    En mai 2009, un contrat a été signé entre le gouvernement du Mali et le groupement de sociétés qui s'engage à fournir deux avions turbopropulseurs King Air 200 de puissance 850 SHP, à mettre à disposition les équipements d'ensemencement et de recherche, les produits d'ensemencement, la formation du personnel civil et militaire malien et la conduite des opérations pendant trois campagnes agricoles (2009-2010, 2010-2011, 2011-2012).

    Ces deux avions permettront d'effectuer, à partir de Mopti et Bamako, leurs bases, des opérations d'ensemencement simultanées dans différentes zones du pays, mais aussi de démarrer lesdites opérations au début de chaque saison.

    L'acquisition de ces deux avions est d'autant plus salutaire qu'elle contribuera non seulement à une augmentation significative de la pluviométrie, mais aussi à sa bonne répartition spatiale.


    Au delà des pluies provoquées, l'acquisition des avions constitue, sans nul doute, un transfert de technologie. En effet, la participation de nationaux dans le cadre d'un programme de formation bien adapté, l'apport d'éminents experts américains permettront aux cadres maliens de s'approprier cette technologie.

    Compte tenu de l'importance stratégique du projet, il est indispensable de connaître les spécifications techniques des avions. Il s'agit de Beechcraft, type Super King Air 200. Ces avions sont équipés de turbopropulseur pressurisé à deux moteurs avec une puissance moteur de 2x850SHP pouvant voler à une altitude maximale de 11.000 mètres avec une autonomie maximale de 6h15mn. Leur rayon d'action est de 2.500km avec une vitesse de croisière de 460km/h.

    Pour montrer l'importance de cette acquisition, le ministre de l'Equipement et des transports, Ahmed Diane Séméga, a laissé entendre que le gouvernement vient ainsi de réaliser une bonne affaire. Car, les deux premiers avions coûtaient annuellement à l'Etat deux milliards et demi l'unité.


    Et son homologue de l'Agriculture, Agathane Ag Alassane, d'ajouter que les attentes des producteurs seront comblées au fur et à mesure que les moyens du gouvernement le permettront.

    La cérémonie de réception a pris fin par une visite des deux avions par les membres du gouvernement présents et un vol inaugural.






    Rédacteur(s): Diakaridia Yossi
     
    MA SALAMMM


    Avatar de l’utilisateur
    Maigus
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 1502
    Inscription : août 30, 06 3:46 pm

    Message par Maigus » août 19, 10 11:17 am

    Business : Le Malien Malamine Koné, la panthère de AirnessBUSINESS... né au Mali, Malamine KONE arrive en France à l'âge de 10 ans. Boxeur promoteur, la panthère, est contraint d'arrêter sa carrière après un accident de voiture en 1995. Il se reconvertit alors en fondant en 1999 sa marque d'équipements sportifs, AIRNESS qui vaut plus de 100 million d'euros.

    C'est sur son lit d'hôpital qu'il a trouvé l'idée de créer sa propre ligne de vêtement, après un terrible accident de voiture qui lui a brisé se rêves de devenir un champion de boxe. Aujourd’hui, il officie au sein de Medef, le syndicat patronal en tant que conseiller.
    Mais que le chemin parcouru depuis. En 1982, Malamine quitte sa grande mère restée à Nièna son village natal, au Mali, pour atterrir à Saint Denis, cité des Francs-Moisins, en banlieue parisienne. Il a 10 ans, six frères et soeurs et ne parle que le Bambara. Malamine plonge dans l'univers Français et réussit un parcours scolaire exemplaire: il obtient son bac sans avoir jamais redoublé une classe, et deux ans plus tard un Deug de droit, Le jeune Franco-Malien entame une carrière de boxeur.
    En 1994 et 1995, il est champion de France amateur, et est présélectionné pour le jeux olympique d'atlanta. Puis tout bascule suite à un grave accident de voiture.
    A sa sortie d'hôpital, il lance une marque d'équipements sportifs, fruit de sa rage de vaincre. En 1999 ses premières créations sont fin prêtes: des maillots décorés d'une panthère, bien visible.
    Il pousse la porte de plusieurs magasins de sport avant que le premier n'accepte de les prendre en dépôt-vente.
    Le succès est fulgurant: Toutes les pièces seront vendues en seule journée. La panthère court sur les chemins de la réussite. Malamine KONE s'engouffre dans le vide juridique laissé par les géants de l'équipement sportif. Hors stade, les footballeurs ne sont habituellement plus sous contrat avec leurs équipementiers.
    Il en profite pour mettre sous contrat son amis Steve Marley, puis Djibril CISSE et Didier DROGBA avec qui il aura 3 ans de collaboration éfficace. Le système KONE est bien rodé et occupe une place enviable par les plus grands.
    AIRNESS a un chiffre d'affaires qui dépasse celui de Reebok. Alors forcement on est plus crédible et les invitations viennent maintenant de partout.... dit-il
    La stratégie Airness est simple: une équipe de designers et de communicants conçoit les produits et s'occupe de leur marketing.
    Et ce sont ses partenaires industriels qui fabriquent et distribuent ses créations. Malgré le succès, la panthère n'oublie pas ses racines africaines. " je sais d'ou je viens. Je suis né près de Sikasso... je remercie la France de m'avoir accueilli et de m'avoir donné la chance, mai je suis malien avant tout" affirme le roi de Airness, l'homme à la tête froide.
    Malamine s'investit désormais dans le développement du continent en participant à la construction, par exemple: des écoles, des dispensaires au Mali. Ou encore en prenant sous sa griffe l'équipe nationale de football de son pays d'origine.
    Airness est une véritable réussite avec une variété de produits dérivés, dont même dont un téléphone portable.
    http://economie-leader.blogspot.com/2008/02/la-panthere-de-business.html MA">http://economie-leader.blogspot.com/200 ... V SALAMMM
    Dernière modification par Maigus le août 19, 10 11:33 am, modifié 1 fois.


    Avatar de l’utilisateur
    Maigus
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 1502
    Inscription : août 30, 06 3:46 pm

    Message par Maigus » août 19, 10 12:18 pm

    Diaspora intellectuelle, scientifique et technique : le Mali initie un forum
    Par David DEMBELE - 29/07/2010
    Ouvert ce matin au Centre international de conférence de Bamako, le Forum de la diaspora intellectuelle, scientifique et technique permettra un échange entre le Mali et sa diaspora
    La grande salle du Centre international de conférence de Bamako a servi de cadre à la cérémonie d'ouverture officielle du Forum de la diapora intellectuelle, scientifique et technique. C'était sous la présidence du président de la République Amadou Toumani Touré, en présence du président du Haut Conseil Malien de l'extérieur (HCME), du ministre de l'intégration africaine, Badra Alou Maccalou...

    Ils étaient nombreux ces personnes à signifier de leur présence lors de la cérémonie d'ouverture de ce Forum qui durera 3 jours. "Aucun développement ne peut être atteint sans le concours de l'ensemble des forces vives de la nation". C'est fort de ce principe que le Gouvernement du Mali, à travers le Ministère des maliens de l'extérieur, entend mettre à contribution l'ensemble de sa diaspora . D'où la tenue d'un Forum en l'honneur de la diaspora intellectuelle et scientifique. Nombreux sont-ils, les intellectuels maliens qui gravitent à l'échelle internationale. Entre autres, il faut citer le navigateur interplanétaire Cheick Modibo Diarra, le Docteur Madiassa Magiragua de la NASA, le Pr Djola Bagayoko (lauréat du prix des états unis pour les mathématiques).

    Ce Forum entend donc offrir un cadre de dialogue formalisé entre la diaspora intellectuelle et l'Etat malien. C'est autour de 3 thématiques que se déroulera le premier Forum de la diaspora intellectuelle, scientifique et technique. Le Forum procédera entre autres à l'examen des contraintes liées à la mobilisation des ressources humaines de la dispora. Aussi, il sera question de la mise en réseau entre les personnes ressources de l'intérieur et de l'extérieur.



    Au cours de la cérémonie, l'assistance a pu visualiser le documentaire qui illustre le bien fondé du présent Forum. Le Forum vise à renforcer la contribution des intellectuels de la diaspora dans le développement socio-économique du pays. Sur la base de concertations ouvertes, il créera une complicité positive entre les intellectuels de l'intérieur et ceux de l'extérieur. Rappelons que chaque année, les ressources humaines maliennes de la diaspora contribuent dans de nombreux secteurs de la vie socio-économique. La dispora en général et injecte annuellement plus 300 milliards F CFA dans l'économie malienne.

    Pour le Dr Badra Alou Maccalou, ce forum n'a pas été initié pour denoncer le phénomène de la fuite des cerveaux, mais pour exploiter au mieux les ressources humaines que constituent la diaspora.
    Ainsi, dit-il, la diapora malienne dans son ensemble a toujours été sensible et réactive à toutes les initiatives. C'est le rendez-vous du donner et du reçevoir. "Il faut une necessaire complementarité et solidarité entre les citoyen d'un meme pays".Le président ATT, dans son discours, a magnifié toute l'importance de la dispora intellectuelle au sein des communautés scientifiques de l'extérieur. D'où l'invite à en faire autant pour le Mali.

    MA SALAMMM

    Dernière modification par Maigus le août 19, 10 12:21 pm, modifié 1 fois.


    Avatar de l’utilisateur
    Maigus
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 1502
    Inscription : août 30, 06 3:46 pm

    Message par Maigus » août 19, 10 12:34 pm

    Route Mali-Niger

    Relier notre pays au voisin nigérien par une route bitumée ne relève plus d'un vœu pieu.

    Cette volonté des deux pays s'est concrétisée par la signature, mercredi, au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, d'un avenant à la convention de financement avec l'Union européenne, relative au projet de construction de la route Gao-Ansongo-Labbezanga- Ayorou (au Niger). Le document a été signé par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Moctar Ouane, représentant également les intérêts du Niger dans cette convention, et le chef de la délégation de l'Union européenne à Bamako, Mme Irène Horejs. La cérémonie s'est déroulée en présence de notre ambassadeur à Bruxelles, Ibrahim Bocar Bâ.

    Le montant total de cet avenant est de 25 millions d'euros, soit environ 16,4 milliards de Fcfa. Cette somme, expliquera le ministre Ouane, est mobilisée sur les 80 millions d'euros de ressources additionnelles dont notre pays a bénéficié au terme de la revue à mi-parcours du 9è FED en novembre 2004.

    Cet avenant permet ainsi notre pays de boucler le financement des deux lots constitués pour les travaux de cette route dont le lancement officiel a été effectué le 23 décembre dernier par le président de la République Amadou Toumani Touré. Moctar Ouane, s'est félicité de voir l'Union européenne concrétiser une fois de plus, à travers cet avenant, sa solidarité et son appui à la politique de désenclavement intérieur et extérieur des pouvoirs publics maliens.

    Évoquant les efforts déployés par tous pour l'exécution des programmes d'infrastructures dans notre pays, qui sont indissociables de mesures d'accompagnement comme les mesures de sécurité et le contrôle des charges des véhicules sur les routes, le ministre a renouvelé la détermination du gouvernement à faire observer la plus grande discipline au niveau des usagers.

    Moctar Ouane a réaffirmé l'engagement de notre pays à prendre toutes les dispositions nécessaires pour l'application des termes de la convention ainsi amendée et dont les objectifs s'intègrent parfaitement à ceux du Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté de notre pays.

    Le ministre des Affaires étrangères a insisté sur l'intérêt que représente cette route pour nos deux pays. "La réalisation de cette infrastructure donnera un coup de fouet aux relations commerciales entre nos deux pays. Mais au delà de cet aspect commercial, la route permettra un brassage, une véritable intégration de nos deux peuples" a-t-il précisé.

    Le chef de la délégation de l'Union européenne à Bamako, Mme Irène Horejs, s'est réjoui de l'aboutissement d'un processus vieux de plusieurs décennies.






    Rédacteur(s): L. DIARRA
     
    MA SALAMMM


    Avatar de l’utilisateur
    Maigus
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 1502
    Inscription : août 30, 06 3:46 pm

    Message par Maigus » août 19, 10 12:40 pm

    Inauguration des routes Kati- Kita et Didieni-Diema : Une volonté du gouvernement de créer des bases d’un développement durable
    21/07/2008 22:00:00 L’INDEPENDANT

    Le président de la République, Amadou Toumani , inaugurant la route Kati-Kita en présence de l’Ambassadeur de la République d’Allemagne, Renard Swarzer (au centre). Dans le cadre de la politique d’intégration régionale et de lutte contre la pauvreté, avec pour orientation de stimuler la croissance par la réalisation d’infrastructures routières, le président de la République, Amadou Toumani Touré, a procédé les 17 et 18 juillet, à l’inauguration des routes bitumées Kati-Kita et Diediéni- Diema. C’était en présence des autorités politiques et administratives de la région de Kayes.

    C'était dans une ambiance de fête, au rythme du Marbayassa, que les populations de Kita ont reçu le président de la République, accompagné d’une importante délégation. Faisaient partie de cette délégation: le ministre de l'Equipement et des Transports, Ahmed Diane Séméga, le 2e vice président de l'Assemblée Nationale, Assarid Ag Imbercawane, le Chef de la délégation de l'Union Européenne au Mali, Hamann Gabin et de l'Ambassadeur de la République d'Allemagne, Renard Schwarzer.

    Le Maire de la commune urbaine de Kita, Boly Kéita, a saisi cette belle occasion pour souhaiter la bienvenue à tout ce beau monde. Avant de déclarer que "dans le cadre de la circulation des personnes et de leurs biens, le cercle de Kita occupe une position stratégique en République du Mali car il est non loin des pays voisins comme la Guinée, le Sénégal et la Mauritanie qui ont tous des débouchés sur la mer. Cependant, malgré cet avantage pour l'économie, kita n'avait pas de routes adaptées au trafic moderne. Ce rêve est devenu une réalité".
    En plus de la réalisation de la Route Nationale 24, Boly Kéita s'est réjoui du fait que Kita a bénéficié de cinq kilomètres de routes bitumées à l'intérieur de la ville. Il a, ensuite, fait l'éloge de plusieurs autres réalisations à l'image du désenclavement du cercle, l'appui au monde rural, l'amélioration de l'habitat et beaucoup d'autres interventions.
    Cependant, Boly Kéita n'a pas manqué de faire part à ATT des préoccupations des populations Boudofo. A savoir : la spéculation autour du riz subventionné par les commerçants détaillants de Kita. Ceux-ci, selon lui, vendent le kilogramme de riz à 450 FCFA au lieu des 310 FCFA fixés par le gouvernement, la construction d'une salle de spectacle, les travaux de construction du stade omnisport de Kita et la réhabilitation du Centre de santé de référence de Kita.
    Pour conclure, Boly Kéita a déclaré que "Kita, le berceau de l'empire du Mandé, riche de par ses activités socio-économiques et culturelles dit merci ATT".
    Le ministre Ahmed Diane Séméga a, pour sa part, souligné que les populations n'avaient, jusque-là, que le seul transport ferroviaire pour rallier, de façon sûre, leurs localités à Bamako et à Kayes. La nouvelle route, selon lui, vient s'ajouter au chemin de fer et il revient à l'usager de choisir entre ces deux modes de transport. L'inauguration de la route Kati-Kita, pour lui, traduit la volonté du président ATT de créer des bases de développement à travers les infrastructures routières conformes aux objectifs du Programme de Développement économique et Social (PDES). D'un coût de 20 milliards de FCFA, la route Kati-Kita est le fruit de la coopération entre le Mali, l'Union Européenne et la KFW.
    Le président de la République a remercié les populations de Kita pour leur mobilisation massive. Réagissant à la préoccupation du Maire Boly Kéita par rapport à la spéculation autour du riz subventionné, ATT a promis de dépêcher à Kita la Sécurité alimentaire. "Nous ne pouvons pas accepter de subventionner le riz pour que les commerçants profitent de la subvention".
    Le Président ATT a, ensuite, déclaré qu' "aujourd'hui, c'est un jour historique puisque le rêve est devenu réalité avec la réalisation de la route du Sud pour rallier Dakar". Il a alors demandé à tous de se plier au péage en exhibant son ticket. Parlant de l'Initiative riz, ATT a exhorté tout le monde à travailler, avant de la saluer.

    ATT dans le Kaarta
    A Diema, la mobilisation était au rendez-vous. Le président de la République, accompagné d'une très forte délégation, a reçu un accueil très chaleureux de la part de la population.
    Dans son allocution, le maire de Diema, Mohamadou Sidibé a, tout d'abord, souhaité la bienvenue en terre du Kaarta au président de la République. Avant de lui exprimer toute sa reconnaissance.
    En effet, la route Didieni-Diema, longue de 180 km, est l'interface des corridors nord Bamako-Dakar et Bamako-Nouckchott. Pour le ministre de L'Equipement et des Transports, Ahmed Diane Séméga, son inauguration officielle symbolise l'ouverture vers les ports de Dakar et de Nouckchott.
    Fruit de la coopération exemplaire entre le Mali et l'Union Européenne, la route Didieni-Diema a coûté 12 milliards de FCFA entièrement financés par l'Union Européenne. Sa construction s'est accompagnée de plus de 80 ouvrages hydrauliques, 20 arbres plantés et de 20 forages équipés de pompes à motricité humaine.
    En témoignage à toutes les réalisations du gouvernement dans leur cercle, les populations de Diema ont offert des dons divers à ATT, parmi lesquels un cheval.
    Pierre Fo’o MEDJO


    Colombe
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 4280
    Inscription : août 29, 05 11:38 am

    Message par Colombe » août 19, 10 12:41 pm

    Reponse à Son Excellence Maigus:
     
    Bonne initiative a promouvoir ton pays le Mali...Ca t'occupe et ca t'evite d'attaquer la CI et les Ivoiriens inutilement...toi au moins tu n'a pas honte tes origines comme certains...


    Avatar de l’utilisateur
    Maigus
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 1502
    Inscription : août 30, 06 3:46 pm

    Message par Maigus » août 19, 10 12:52 pm

    http://www.maliweb.net/category.php?NID=16749

    MA">http://www.maliweb.net/category.php?NID ... R SALAMMM
    Dernière modification par Maigus le août 19, 10 12:53 pm, modifié 1 fois.


    Gbapleu
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 6210
    Inscription : mars 23, 06 5:49 pm

    Message par Gbapleu » août 19, 10 1:11 pm

    Le malien a trouvé son nouveau passe temps ? au moins cela nous permettra de ne l'avoir entre les pieds . Wbby , laisse cet angle ouvert pour notre frère malien en quête d'images pour son mali . Gbap.
    UN HOMME QUI A PEUR N'EST PAS UN HOMME LIBRE !Gbap.


    Avatar de l’utilisateur
    Maigus
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 1502
    Inscription : août 30, 06 3:46 pm

    Message par Maigus » août 19, 10 1:23 pm

    ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE(AMO)
    L’Assurance Maladie Obligatoire (AMO) est une réforme majeure de la politique nationale de protection sociale dont la finalité est d’assurer une couverture sociale à l’ensemble des personnes résidentes au Mali. Elle améliorera significativement l’accès aux soins de santé des fonctionnaires d’Etat et des Collectivités, des militaires, des parlementaires, des travailleurs régis par le Code du travail, en activité et à la retraite, ainsi que leurs ayants-droits.
    L’AMO sera gérée par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CANAM) et financée par les cotisations des assurés et des employeurs privés et publics. Pour le démarrage des activités de la CANAM, nous recherchons les personnels dont le profil suit.
    UN (01) RESPONSABLE COMMUNICATION (H/F)
    Bac + 4 Communication/Marketing,
    3 ans de pratique de la communication,
    Avoir une excellente capacité rédactionnelle.
    UN (01) RESPONSABLE ADMINISTRATION RESEAU & TELEPHONIE (H/F)
    Bac + 4 en Informatique, Réseau.
    Expériences dans l’administration de base de données informatisées,
    Maîtrise d’un logiciel de Basse de Données.
    UN (01) RESONSABLE RECOUVREMENT (H/F)
    Bac + 4 en Comptabilité, Droit, Administration, Gestion, Finances,
    3 ans en sécurité sociale,
    Maîtrise des procédures de recouvrement.
    UN (01) CHEF COMPTABLE (H/F)
    Bac + 4 au moins en comptabilité.
    3 ans d’expériences en comptabilité,
    Maîtriser un logiciel comptable.
    UN (01) RESPONSABLE RESSOURCES HUMAINS (H/F)
    Bac + 4 GRH, Administration,
    Au moins 3 ans d’expériences en gestion des RH d’une entreprise ou une administration.
    UN (01) RESPONSABLE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE – AMO (H/F)
    Bac + 4 Gestion, Administration, Assurance,
    3 ans en assurance ou sécurité sociale,
    Connaissance des textes sanitaires au Mali,
    Informatique : Word, Excel, Internet.
    UN (01) RESPONSABLE IMMATRICULATION (H/F)
    Bac + 4 Droit, Gestion, Sécurité Sociale,
    3 ans d’expériences pertinentes en assurance ou en sécurité sociale.
    TROIS (03) CHAUFFEURS (H/F)
    Permis de conduire catégorie E,
    2 ans d’expériences pertinentes,
    Habitude des voyages à l’intérieur.
    DEUX (02) AGENTS MARKETING & COMMUNICATION (H/F)
    Bac + 2 Marketing, Communication,
    Expériences professionnelles pertinentes,
    Pratiques du marketing social.
    DEUX (02) ANALYSTES PROGRAMMEURS (H/F)
    Bac + 2 en Informatique, Base de Données,
    Expériences dans l’installation et la mise à jour d’applications informatiques,
    Expériences en gestion de base de données.
    TROIS (03) AGENTS RECOUVREMENT (H/F)
    Bac + 2 Administration, Droit, Gestion,
    Maîtrise des procédures de recouvrement et de contentieux,
    Informatique : Word, Excel, Internet.
    UN (01) CHEF FINANCES (H/F)
    Bac + 4 en Finances, Gestion.
    3 ans d’expériences en gestion financière,
    Connaître un logiciel de caisse,
    DEUX (02) AGENTS RESSOURCES HUMAINES
    Au moins Bac + 2 Administration, GRH,
    3 ans d’expériences pertinentes,
    Maîtrise du Droit Social.
    DEUX (02) AGENTS ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE AMO (H/F)
    Bac + 2/4 Gestion, Administration, Assurance,
    Expériences en assurance, sécurité sociale,
    Informatique : Word, Excel, Internet.
    CINQ (05) AGENTS IMMATRICULATION (H/F)
    BT/Bac + 2 en Administration ou équivalent,
    Expérience dans la gestion des effectifs,
    Informatique (Word, Excel et Internet).
    UN (01) RESPONSABLE ADMINISTRATION & MOYENS GENERAUX (H/F)
    Bac + 4 en Gestion, Administration, Droit,
    3 ans d’expériences pertinentes en logistique, gestion des stocks et des immobilisations.
    DEUX (02) TECHNICIENS MICRO RESEAUX (H/F)
    Au moins Bac + 2 en Informatique,
    Expériences dans l’installation et la maintenance de réseau informatique,
    Connaissance des réseaux et installations Internet.
    UN (01) CHEF DU CENTRE DE FORMATION (H/F)
    Bac + 4 en Gestion, Administration, Sciences Sociales, Ingénierie de la formation.
    3 ans comme chargé de formation d’une entreprise ou d’un centre de formation.
    UN (01) RESPONSABLE PRODUCTION DE CARTES (H/F)
    Bac + 4 en Informatique de Gestion ou équivalent.
    3 ans d’expérience dans un service de gestion des effectifs et des basses de données.
    QUATRE (04) SECRETAIRES D’ADMINISTRATION (H/F)
    Bac + 2 Secrétariat de Direction.
    3 ans d’expériences professionnelles pertinentes,
    Informatique : Word, Excel, Internet…
    UN (01) AUDITEUR INTERNE (H/F)
    Bac + 4/5 en audit, contrôle gestion ou équivalent,
    5 ans d’expériences comme auditeur interne ou dans un cabinet d’expertise comptable,
    Maîtriser les procédures, les méthodes d’audit interne et de contrôle de gestion d’un EPA.
    DEUX (02) ATTACHES D’ADMINISTRATION (H/F)
    BT Secrétariat de Direction,
    1 an d’expériences professionnelles pertinentes,
    Informatique : Word, Excel, Internet….
    Merci de nous adresser, sous pli fermé, un CV, une lettre de motivation, la copie des attestations de travail et de formation au plus tard le Jeudi 08 Juillet 2010 à 16h00 en précisant le titre du poste.
    NB : Les dossiers déposés ne seront pas repris. Prière de ne pas déposer des originaux.
    APPM RESSOURCES HUMAINES
    Conseils en Recrutement, en Rémunération, en Formation Mise à disposition de personnels
    Sangarebougou rue 110 porte 39 – BP : 2439 – Bamako (Mali)
    Tél. : (+223) 44 90 10 12 / 20 24 02 92 – Site Web: SOURCE">www.groupeappm.com
    SOURCE : ESSOR N°16722 du lundi 28 juin 2010   MA SALAMMM


    Avatar de l’utilisateur
    Maigus
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 1502
    Inscription : août 30, 06 3:46 pm

    Message par Maigus » août 20, 10 5:23 pm

    http://www.essor.ml/actualite/article/electrification-rurale-kebila-aura


    MA">http://www.essor.ml/actualite/article/e ... R SALAMMM !!!!!


    Avatar de l’utilisateur
    Maigus
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 1502
    Inscription : août 30, 06 3:46 pm

    Message par Maigus » août 20, 10 5:27 pm

    MALI : Inauguration de la première centrale électrique solaire à Kimparana

    La première centrale solaire du Mali a été inaugurée à Kimparana (450 Km au sud de Bamako). Le projet a coûté près de 528 millions de FCFA et a été financé par le Gouvernement malien, à travers l’Agence malienne pour l’énergie domestique et l’électrification rurale (AMADER) et les Pays-Bas à travers la société Nuon.

    La gestion de l’ouvrage a été confiée à une société de droit malien ayant contribué au financement à hauteur de 8%, ‘‘yeleen kura’’.

    Le projet entend améliorer les conditions de travail et de vie des populations dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’agriculture, à travers la fourniture d’une source d’énergie alternative.

    Il sera aussi question de créer des emplois et de revenus par le développement de nouvelles activités économiques et sociales ainsi que le développement du potentiel énergétique du pays avec la diminution de la facture énergétique dans la zone bénéficiaire, réputée agricole et industrielle.

    Source : www.20mai.net/2008/10/10/le-mali-inaugure-sa-premiere-centrale-electrique-solaire-a-kimparana/

    MA">http://www.20mai.net/2008/10/10/le-mali ... R SALAMMM
    Dernière modification par Maigus le août 20, 10 5:28 pm, modifié 1 fois.


    Avatar de l’utilisateur
    Maigus
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 1502
    Inscription : août 30, 06 3:46 pm

    Message par Maigus » août 20, 10 5:42 pm

    MOHAMED DIA
    Le Malien qui pèse 10 milliards et demi de chiffre d'affaires annuel


    Il est encore jeune. Mais il a déjà presque tout eu : l'honneur, la gloire et la richesse. Mohamed Dia, fils d'un immigré malien et issu des banlieues françaises a réussi, grâce à son ta­lent et son génie, à gravir les plus hau­tes marches du mon­de de la mode et des affaires en Occident.



    Génie du prêt-à-porter pour jeunes, sa grif­fe Dia, se porte fiè­rement dans le monde, au même titre qu'un Lacoste ou un Ralph Lauren. Précur­seur de la sape dans le mi­lieu souvent violent et trucu­lent du hip-Hop, il habille aujourd'hui la quasi-totalité des grands noms du rap. "Je suis un jeune de Sarcelles qui a voulu s'en sortir par la voie du hip-hop. J'ai trouvé ma voie ; le textile, faire des vêtements. J'ai utilisé l'ima­ge de mes amis... pour me faire connaître. Et aujourd'hui, je vole de mes propres ailes". Révèle-t-il. Dia vole en tout cas très haut, de ses propres ailes.


    Aujourd'hui, il n'est pas loin de mettre l'Amérique à ses pieds. Dia sera au cœur de Harlem, le mythique quar­tier new-yorkais en fin sep­tembre. Sans oublier qu'il a une licence exclusive de la très médiatique NBA. En tout cas, l'ambition et les moyens, Dia en a. Et énor­mément. "Je veux annonce-t-il, envahir le monde avec mes vêtements et tous mes produits".


    En plus de sa ligne de vêtements qui séduit l'Amé­rique, il y est le porte-parole de la marque Francsco Smalto. Dia, c'est en plus 17 magazines en France, avec plus de 150 points de vente, plus d'une centaine en Eu­rope. Dia, ce sera aussi des compiles, la production des DVD et l'édition littéraire. "Je me considère comme un homme d'affaires". Se dévoile-t-il. La FIBB a donc vu juste en le faisant venir à Abidjan.


    Sa passion pour la mu­sique l'a mené là où il est : c'est en habillant ses co­pains rappeurs avec ses créations que Mohamed Dia, âgé de trente-deux ans, s'est fait connaître. Aujourd'hui, sa marque de "streetwear", M.DIA, pèse 16 millions d'euros de chiffre d'affaires, compte 650 points de vente en France, 200 aux États-Unis, et est présente dans huit pays. Preuve de son succès populaire : sa griffe est distribuée par la Redou­te et les 3 Suisses, deux boutiques en ligne de vente par correspondance qu'utili­sent presque tous les foyers français !


    Pourtant, rien ne prédes­tinait ce fils de migrants maliens à cette trajectoire : adolescent, Mohamed n'aime pas l'école et com­met de petits délits. À quin­ze ans, il écope même de quatre mois de prison pour un vol de voiture, mais en ressort "plus requinqué qu'af­faibli', se jurant un autre ave­nir.


    Un voyage aux États-Unis à dix-neuf ans sera le déclic : il est "impressionné" par la place des Noirs dans la société américaine : "On les voit à la télé, dans les publicités. Ça fait plaisir", nous a-t-il confié. Surtout, il découvre le phénomène du "streetwear", des habits por­tés par les jeunes urbains, symbolisés par le jean large et le sweat à capuche. Et note que tous les groupes de rap ont leur ligne de vête­ments. De retour à Paris, il crée ses premiers modèles et les fait porter par ses amis rappeurs pour se faire con­naître du public. On est en 1999, et les commandes affluent.


    "Haute école du culot"
    Mais le talent de Moha­med Dia réside dans sa per­ception du rôle des médias pour l'accès à la notoriété. Il utilise ce qu'il appelle son "diplôme de HEC - haute école du culot - pour faire le siège des rédactions et des télévisions avec son histoire de "djeun des banlieues qui a réussi" ... et ça marche ! "Les journalistes m'ont fait à 90 %", reconnaît-il. Ce que le Mali lui a apporté ? "Le sens de la famille, donc du travail en groupe, la fidélité et la reconnais­sance à ceux qui m'ont aidé au début." Quant à la France, elle lui a donné "le sérieux, l'organisation, l'ef­ficacité".


    Aujourd'hui, le jeune bu­sinessman revient à sa pre­mière passion, la musique : en 2006, il se lance dans la production de disques.






    Rédacteur(s): Par Nadia K. Dagher (Alt)

    MA SALAMMM


    Avatar de l’utilisateur
    Maigus
    Son Excellence
    Son Excellence
    Messages : 1502
    Inscription : août 30, 06 3:46 pm

    Message par Maigus » août 20, 10 9:50 pm

    15 juin 2007 Première attribution du prix Christophe Merieux
    Nous sommes heureux de diffuser cette information quje nous recevons du forum ReMed

    Agence universitaire de la Francophonie

    Un réseau mondial de 656 établissements d’enseignement supérieur et de
    recherche
    Actualités universitaires

    Le professeur Ogobara Doumbo, lauréat du Prix Christophe Mérieux

    Il est le premier récipiendaire du prix qui lui a été remis à l’Institut de
    France le 13 juin 2007�

    Le professeur Ogobara Doumbo, directeur du Centre de recherche et de
    formation sur le paludisme, à la Faculté de médecine, de pharmacie et
    d’odontologie-stomatologie de l’Université de Bamako au Mali, est le lauréat
    du Prix Christophe Mérieux qui est décerné pour la première fois cette
    année�

    Créé par la Fondation Christophe et Rodolphe Mérieux de l’Institut de
    France, à la mémoire du Docteur Christophe Mérieux décédé en 2006, ce prix
    d’un montant de 400 000 euros a été remis lors de la séance solennelle de
    proclamation des Prix de l’Institut de France le 13 juin 2007 à Paris�

    Scientifique malien de renommée internationale, fils et petit-fils de
    tradipraticiens dogons, le professeur Ogobara Doumbo est l’un des plus
    grands spécialistes au monde du paludisme�

    Il a préparé son doctorat en médecine à l’Université de Bamako, en 1979� Il
    est titulaire d’un second doctorat en médecine à l’Université
    d’Aix-Marseille en 1985, ainsi que d’un doctorat de l’Université de
    Montpellier I, où il a mené des maîtrises d’immunologie et de biostatistique
    épidémiologique, un DEA puis une thèse en parasitologie� Il a aussi un DEA
    d’anthropologie médicale d’Aix-en-Provence� Il débuta sa carrière à
    l’Université de Bamako�

    Il est l’auteur de dizaines de publications, il intervient dans de nombreux
    colloques internationaux, et son Centre de recherche fait partie des rares
    laboratoires à avoir entrepris, dès juillet 2003, des essais cliniques de
    vaccins antipaludéens sur l’homme, notamment en collaboration avec
    l’Université du Maryland et le Walter Reed Army Institute of Research des
    États-Unis�

    Créé à Bamako en 1992, au sein du Département d’épidémiologie des affections
    parasitaire de l’Université de Bamako, son Centre de recherche et de
    formation sur le paludisme est le fruit d’une collaboration internationale
    de la Faculté de médecine de l’université malienne avec l’OMS, les Instituts
    nationaux de santé des États-Unis (NIH), les universités de Tulane et du
    Maryland, de Rome, de Marseille, la Fondation Rockfeller, la Fondation
    Mérieux, l’USAID et l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF).

    Une trentaine de chercheurs maliens, tous formés dans diverses universités à
    travers le monde, font partie de son équipe et son Centre de recherche a été
    sélectionné, en 2003, comme pôle d’excellence de l’AUF�

    Dans une récent entretien à l’hebdomaire Jeune Afrique, le professeur
    Ogobara Doumbo déclarait : « Le Centre appartient à tous les Maliens� Nous
    possédons trois points forts : d’abord le développement d’une réelle
    capacité africaine en recherche biomédicale, de niveau international, pour
    maîtriser le douloureux problème de ‘fuite des cerveaux’ ; ensuite, le
    développement de capacité en essais cliniques à un niveau équivalent des
    exigences américaines pour les tests de nouveaux médicaments et de vaccins
    antipaludiques ; enfin, le troisième axe est notre contribution scientifique
    dans certains domaines du paludisme tels que l’étude de la résistance du
    parasite aux médicaments antipaludiques, ou encore la protection naturelle
    de certains individus contre les formes léthales de la maladie, observée
    notamment chez les Dogons du Mali� »

    Le professeur Ogobara Doumbo est membre du Conseil scientifique de l’Agence
    universitaire de la Francophonie�

    Pour notre gouverne personnelle il est directeur avec le Professeur Amagana Dolo de la thèse de NanaKodio notre boursière. Il est aussi un des membres éminents de “SANTE SUD”.

    BRAVO Professeur Ogabara Doumbo et toutes nos félicitations.

    MA SALAMMM


    Répondre