Recentes discussions
Morceau Choisi: Et s'ils rest…    by sam kehi,le… 23 Jan 2019, 23:39
The ICC, Bensouda and McDonal…    by Dko 23 Jan 2019, 22:53
Le parti Dozo se vide. The ki…    by sam kehi,le… 23 Jan 2019, 21:53
L’Italie dit qui vole en Afri…    by Beauté Nubi… 23 Jan 2019, 19:35
LG & BG LIBEREEEEEEEEEEEEEEEE…    by Eve 23 Jan 2019, 11:44
Augmentation de salaire. Gbag…    by Eve 23 Jan 2019, 9:39
Le nabot hongrois dans ses de…    by Beauté Nubi… 22 Jan 2019, 16:39
La maladie du roi du Maroc ex…    by Beauté Nubi… 22 Jan 2019, 15:56
Alassane Ouattara et les affa…    by Beauté Nubi… 22 Jan 2019, 7:36
L'Histoire n'est pas enseigne…    by Aristide ba… 22 Jan 2019, 7:27
McDonald doit aussi etre pour…    by Beauté Nubi… 22 Jan 2019, 6:33
Le mossi et la France empoiso…    by Beauté Nubi… 22 Jan 2019, 6:24
... autres recents topics

Port marchand d'Abidjan

L'arbre à palabre où tous les problemes se reglent
Répondre
Nouveau sujet
Johny1958
Bienvenu(e)
Bienvenu(e)
Messages : 1
Inscription : déc. 10, 18 8:31 pm

Port marchand d'Abidjan

Message par Johny1958 » déc. 16, 18 5:54 am

Bonjour,
Une amie a voulu exporter des voitures d'occasion en Côte d'Ivoire et ses voitures sont restées bloquées au port d'Abidjan depuis l'année passée. Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer la raison de ce blocage?


Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4093
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Re: Port marchand d'Abidjan

Message par webmaster » déc. 16, 18 7:44 am

En Côte d'Ivoire, depuis la mise au jour fin avril d'un vaste trafic de voitures de luxe immatriculées frauduleusement, le Guichet unique automobile (GUA) chargé des procédures de dédouanement et d'immatriculation, tourne au ralenti. Dans le cadre de cette enquête, 18 responsables des structures étatiques et privées intervenant sur cette plateforme ont été arrêtés. En conséquence, plusieurs centaines de véhicules sont bloqués au port depuis plus d'un mois.

Dans le quartier de Vridi, devant les bâtiments du Guichet unique automobile, depuis plus d'un mois, on est bien loin de la foule et du va-et-vient habituels des voitures.

Stephane Diallo, un transitaire, désespère de pouvoir enfin immatriculer les véhicules de ses clients. « Il y a des clients qui sont compréhensifs. Ceux qui ne sont pas compréhensifs, on les amène sur le terrain pour qu'ils viennent voir ce qui se passe. Si toi-même tu vois que rien ne bouge tu as la réponse à ta question ».

Quant à Eric Yedoh, le président de l'association des vendeurs de véhicules d'occasion de Côte d'Ivoire, il trépigne. « 70% de nos activités sont bloquées, on n'arrive pas à faire sortir nos marchandises, nos parcs automobiles se vident, tous nos véhicules sont concentrés au niveau du Guichet. Et quand ça bloque, il y a des frais, car lorsque nos véhicules stationnent dans le port on paie des frais. »

Un blocage qui, selon le lieutenant-colonel Lucien Amian, chef du bureau des douanes du Guichet unique, est à aller chercher du côté de l'enquête portant sur l'immatriculation frauduleuse de plus d'un millier de grosses cylindrées et ayant entrainé l'arrestation d'agents clés du Guichet unique, dont des agents des douanes.

« Au niveau de la douane, tout monde a été remplacé. C'est vrai que la charge de travail est assez lourde quand on sait que la machine a été grippée, explique-t-il. Nous sommes à pied d'œuvre, mais c'est une chaîne et nous ne sommes qu'un maillon de la chaîne. »

Même son de cloche du côté de Côte d'Ivoire logistique, le concessionnaire du Guichet unique automobile, qui a surcroit vu son serveur informatique brièvement saisi pour les besoins de l'enquête. Amadou Koné, le ministre ivoirien des Transports s'est rendu sur place ce mardi, pour s'assurer de redémarrage effectif des activités.
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.


Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4093
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Re: Port marchand d'Abidjan

Message par webmaster » déc. 16, 18 7:45 am

Image
« Plus de 2500 véhicules de plus de 5 ans attendent d’être débarqués. Les acconiers sont en négociations depuis plusieurs jours, avec le ministère des transports. À Noé, c’est une centaine de véhicules d’occasion qui sont bloqués. Ces véhicules sont arrivés aux portes de la Côte d’Ivoire, le 30 juin 2018, c’est-à-dire quelques heures avant l’entrée en vigueur du décret. On devrait les laisser passer », a estimé un membre influent du Syndicat de la nouvelle génération des transitaires et importateurs de véhicules d’occasion de Côte d’Ivoire (Sngtivo). Au cours d’une conversation téléphonique, il a dit craindre pour l’avenir de ce secteur, les emplois de milliers de travailleurs étant menacés. « Sachant que le gouvernement allait être dissous, le ministre s’est empressé de produire un communiqué, le 3 juillet 2018, pour insister sur l’entrée en vigueur de la mesure », s’est convaincu notre source.

Un communiqué qui fait des précisions sur la mise en œuvre de cette mesure, notamment en ce qui concerne les véhicules rentrés dans le processus d’importation avant le 1er juillet : « Les véhicules en cours d'importation avant le 1er juillet 2018, pourront être immatriculés, pendant un délai de trois mois. Passé ce délai, le décret n0 2017- 792 du 06 décembre 2017 leur sera opposable ».

De même, tout véhicule ne respectant pas les mêmes conditions d'âge, prévues par le décret n0 2017-792 du 06 décembre 2017, ne sera pas autorisé par les services compétents de l’État à passer les frontières aériennes ou terrestres, après le 30 juin 2018, pour être immatriculé et mis en circulation en Côte d'Ivoire. « Ainsi, tout véhicule embarqué sur un navire après le 30 juin 2018, à destination des ports ivoiriens, ne respectant pas les conditions d'âge prévues par ledit décret, sera interdit d'immatriculation, détruit ou purement et simplement renvoyé à son port d'embarquement, aux frais de l'importateur ou du propriétaire, sauf si ceux- ci justifient que la mise en circulation de ce véhicule s'effectuera en dehors du territoire ivoirien », a insisté le ministre Amadou Koné.

A relire: Limitation de l’âge des véhicules importés / Le ministère des Transports fait des précisions sur la mise en œuvre de la mesure

Rappelons que le président Alassane Ouattara a signé un décret portant fixation de la durée d’exploitation des véhicules affectés au transport public ou privé de personnes ou de marchandises, à compter de leur date de première mise en exploitation comme suit : 7 ans pour les taxis, 10 ans pour les minicars de 9 à 34 places, 10 ans pour les camionnettes jusqu’à 5 tonnes, 15 ans pour les cars de plus de 34 places, 20 ans pour les camions de 5 à 10 tonnes, 20 ans pour les camions de plus de 10 tonnes.
Par ailleurs, une période de 10 ans est accordée aux propriétaires de véhicules déjà en circulation affectés au transport public ou privé de personnes ou de marchandises, bénéficiant d’une autorisation de transport en vue de leur permettre de se mettre en conformité avec cette réglementation. Pendant cette période de 10 ans, des opérations de retrait de la circulation de véhicules les plus âgés auront lieu.

Jonas BAIKEH
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.


Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
Messages : 4093
Inscription : nov. 24, 04 2:53 am

Re: Port marchand d'Abidjan

Message par webmaster » déc. 16, 18 7:48 am

Dans un communiqué en date du 3 juillet 2018, le ministre des Transports, Amadou Koné a fait quelques précisions sur la mise en œuvre de cette mesure notamment en ce qui concerne les véhicules rentrés dans le processus d’importation avant le 1er juillet. A en croire notre source, tous les véhicules en cours d’importation avant l’entrée en vigueur de la mesure pourront, durant trois mois encore être immatriculés. « Les véhicules en cours d'importation avant le 1er juillet 2018, pourront être Immatriculés, pendant un délai de trois mois. Passé ce délai, le décret n0 2017- 792 du 06 décembre 2017 leur sera opposable », y lit-on.

A l’inverse, apprend t-on, les autres véhicules ne respectant pas la limitation d’âge, ne pourront pas bénéficier de l’immatriculation encore moins accéder aux frontières aériennes et terrestres pour être mis en circulation. « De même, tout véhicule ne respectant pas les mêmes conditions d'âge prévues par le décret n0 2017-792 du 06 décembre 2017 ne sera pas autorisé par les services compétents de l'Etat à passer les frontières aériennes ou terrestres après le 30 juin 2018 pour être immatriculé et mis en circulation en Côte d'Ivoire. », explique le document.

Autre éclaircissement apporté par la communication, l’exception portant sur une certaine catégorie de véhicules. En effet, le ministère des Transports a fait savoir que les véhicules embarqué sur un navire après le 30 juin à destination de la Côte d’Ivoire ne subiront pas tous le même traitement. Si les services compétents procèderont à la destruction ou au renvoi de l’automobile, ceux étant destinés à cuirculer en dehors du territoire seront épargnés à condition que l’importateur ou le propriétaire en donne les preuves. « Ainsi, tout véhicule embarqué sur un navire après le 30 juin 2018 à destination des ports ivoiriens, ne respectant pas les conditions d'âge prévues par ledit décret sera interdit d'immatriculation, détruit ou purement et simplement renvoyé à son port d'embarquement, aux frais de l'importateur ou du propriétaire, sauf si ceux- ci justifient que la mise en circulation de ce véhicule s'effectuera en dehors du territoire ivoirien. », peut-on lire dans le document.

Jonas BAIKEH
Vive la libre expression pour que vive la Democratie.


Répondre